mdas

 

Président en exercice de l’Union africaine (UA), Macky Sall a réitéré, mardi à New York, la volonté du continent d’avoir une représentation au G20 et un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies, par souci de justice.

Macky Sall, le 20 septembre 2022, à New York. © Capture d’écran France 24

 

L’Afrique n’en démord pas. Elle souhaite être considérée à sa juste valeur. Et mardi 20 septembre, lors de l’ouverture de la 77e Assemblée générale des Nations Unies (UNGA, en anglais), Macky Sall l’a bien rappelé en renouvelant la demande du continent en vue de l’octroi d’un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU et au sein du G20, à l’instar de l’Union européenne (UE).

«Près de 80 ans après la naissance du système des Nations Unies et des institutions de Bretton Woods, il est temps d’instaurer une gouvernance mondiale plus juste, plus inclusive et plus adaptée aux réalités de notre temps. Il est temps de vaincre les réticences et de déconstruire les narratifs qui persistent à confiner l’Afrique à la marge des cercles décisionnels», a déclaré le président en exercice de l’Union africaine, appelant à nouveau à réformer le Conseil de sécurité et le groupe des pays aux économies les plus développées.

Le président sénégalais a expliqué qu’en lui accordant ces sièges, l’Afrique pourra «enfin se faire représenter là où se prennent les décisions qui engagent 1,4 milliard d’Africains».

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire