TATIE

Interpellées le lundi 9 novembre, Patricia et Cathy, les deux copines qui se sont unies le week-end écoulé à Makokou, ont été déférées à la prison centrale de la capitale ogivine le lendemain. Les participants à leur cérémonie de fiançailles ont été interpellés puis relâchés, rapporte l’Agence gabonaise de presse (AGP).

Cathy et Pat séjournent depuis mardi à la prison centrale de Makokou. © D.R.

 

Après avoir été interpellées le lundi 9 novembre aux environs de 16h30, Patricia et Cathy, les deux copines qui se sont unies le week-end écoulé à Makokou, ont été placées en détention préventive le mardi 10 novembre à la prison centrale de Makokou, a fait savoir l’Agence gabonaise de presse (AGP).

Selon l’AGP, après le couple, la Police judicaire a également interpellé les personnes qui ont pris part à la cérémonie des fiançailles. Celles-ci, souligne l’AGP qui est entré en contact avec le maire de Makokou, «ont bénéficié d’une liberté provisoire en attendant la fin de l’enquête qui se poursuit».

Au Gabon, depuis la mise sur la place publique de cette cérémonie de fiançailles qui a suscité l’indignation de plus d’un, cette affaire alimente bien de débats. Ceci, d’autant plus que même si la dépénalisation de l’homosexualité a été actée en juin dernier par le Parlement, à travers le retrait de l’alinéa 5 de l’article 402 du Code pénal qui considérait «les relations sexuelles entre personnes du même sexe» comme une atteinte aux mœurs, le Code civil ne reconnaît pas l’union entre deux personnes de même sexe. Le procès est d’ailleurs vivement attendu.

 

 
GR
 

12 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Je ne fais que passer…

  2. Herfa Onel dit :

    Est ce que le fait pour le code civil de ne pas reconnaître les relations intimes entre deux personnes de mêmes sexes donne lieu à l’arrestation des personnes de même sexe qui s’unissent via les fiançailles ?

  3. Eternite dit :

    Pitiation ce pays … ces 2 femmes n’ont commis aucune infractions au code civil, vu qu’aucun officier d’état civil n’a célébré ce « mariage » et à ma connaissance, le mariage coutumier est il inscrit et reconnu dans la constitution comme ayant une valeur légale ( qui est différent de morale ).
    Bref encore du vent et des incompétents pour ne pas respecter la loi gabonaise

  4. Paul Bismuth dit :

    Il ne s’agit pas d’une union civile. Cette cérémonie n’a aucune valeur juridique. Elles n’ont donc enfreint aucune loi. Mais c’est quoi ce pays, franchement ?! Comment on peut violer les droits des gens de façon aussi flagrante ?! Un vrai « shit hole country ».

    • Serge Makaya dit :

      Où est Mr Georges Mpaga qui s’occupe des droits de l’homme pour défendre ces deux innocentes ?

      Autre chose : celui qui a été vraiment mal intentionné est celui qui a fait circulé cette information dans les réseaux sociaux.

      Le défunt Ali Bongo qui se faisait DEFONCER son derrière par Accrombessi, pour vous c’est peut-être normal ? Ou encore Frédéric Bongo qui faisait de même avec Lanlaire, c’est aussi normal pour vous ?

      Oui, d’accord, ils n’ont jamais contracté « mariage », mais tout le Gabon savait qu’à BONGOLAND régnait toujours une ambiance GAY.A Ntare Nzame !!

      Liberez au plus vite ces innocentes SVP bande d’hypocrites. Qui ne sait pas que dans vos milieux de PDGistes, de BONGOISTES et de Francs-Maçons existent ces GAYS ? Pitié de vous. A Ntare Nzame !!

  5. Serge Makaya dit :

    « Paul Bismuth », excusez-moi d’être entré dans votre POST comme une « réponse ». Mais je ne m’adresse pas à vous. Au contraire, je soutiens votre POST.

  6. samuels MENDOME OLAME dit :

    Bonjour. Je suis contre l’homosexualité pour plusieurs en occurence, je refuse que le monde se vide tout simplement parceque des personnes auraient choisi le plaisir au détriment de la procréation.

    La nature ne ments. Il faut toujours l’union du plus (+) et moin (-) pour arriver a transformer toute chose dans la vie.

    Bref. Mais juridiquement parlant, l’homosexualité (les rapports deux de même nature) n’étant plus interdite au Gabon, les 2 dames ne méritent pas d’être aux arrêts de surcroît, ni les fiançailles ni le mariage coutumier, des 2, rien encadré par notre juridiction.

    Il y a vide juridique. Elle doivent êtres libérées.

    Nos législateurs sont responsables de cette situation. Déjà nous ne sommes pas nombreux et bientôt, nous n’existeront même plus. On parlera, dans 50ans, des Gabonais d’origine au passé.

    C’est mon avis.

    • Elvis Eya dit :

      Bonjour, je pense que l’État agit sur la base de l’article 313 du nouveau code pénal. L’affaire donnera l’occasion au juge d’interpreter ce texte embigu.Je ne vois pas comment, on fait le lien avec les fiançailles homosexuels ici. En effet, le seul passage du texte qui puisse incriminé les tourtereaux, c’est celui qui dit:<>. Le discours renvoi à quoi exactement ici? Ce discours implique-t’il celui par lequel on rend public les fiançailles homosexuels portant atteinte à la mortalité publique?

  7. Bonjour en parcourant des sites ce matin, je suis tombée sur ce poste et je tiens à donner mon avis puisque le débat est ouvert.je suis contre l’homosexualité et ces pratiques immorales car , c’est contre la loi de la reproduction et de la reproduction humaine et contre l’ordre suprême du créateur Dieu qui dit je cite (L’homme quittera son père et sa mère pour s’attacher à sa femme et formeront une seule chaire).Aujourd’hui,nous vivons les derniers temps , il faut que ces choses arrivent .C’est écrit dans la Bible c’est désolant c’est vrai mais c’est la strict réalité, d’une part.cependant, l’arrestation de ces deux femmes ne pas être éligible car elle n’ont connu aucun deli du code civil gabonais,vu que leur union n’a pas été célébrée dans l’énorme juridiques de célébration de mariage en République gabonaise.Sur ce,Il s’agit de violation de droits humains sur notre territoire gabonais.Elles ont simplement exprimé leur choix dû à la dépénalisation de l’homosexualité dans notre pays il faudrait reconnaître que cela a eu un écho favorable pour les adeptes de ces pratiques cela n’a fait que booster leur envie de se faire connaître. Merci

  8. opération 7tonnerres dit :

    (Agence Ecofin) – Autrefois interdite au Gabon, la pratique de la dot est en voie d’être officialisée. Le sénat vient d’approuver la légalisation du mariage traditionnel, mais avant son adoption définitive, la nouvelle loi devra franchir l’étape de l’Assemblée nationale avant sa promulgation par le chef de l’Etat.

  9. Elvis Eya dit :

    Bonjour, je pense que l’État agit sur la base de l’article 313 du nouveau code pénal. L’affaire donnera l’occasion au juge d’interpreter ce texte embigu.Je ne vois pas comment, on fait le lien avec les fiançailles homosexuels ici. En effet, le seul passage du texte qui puisse incriminé les tourtereaux, c’est celui qui dit:<>. Le discours renvoi à quoi exactement ici? Ce discours implique-t’il celui par lequel on rend public les fiançailles homosexuels portant atteinte à la mortalité publique?

  10. Jacouille dit :

    Le nouveau code pénale condamne l exibition et l atteinte aux moeurs. C est ce au elle ont fait. Allez au gnouf!

Poster un commentaire