mdas

 

L’Université des sciences et techniques de Masuku (USTM) est en proie à une incompréhension totale autour de la date de rentrée académique, au point d’avoir contraint les étudiants, privés de campus, à passer la nuit à la belle étoile. Depuis quelques jours, en effet, des photos et vidéos circulant sur les réseaux sociaux montrent plusieurs jeunes dormant devant le portail de cet établissement d’enseignement supérieur.

Des étudiants de retour des vacances campant devant l’entrée de l’USTM faut d’autorisation d’accès au campus. © D.R.

 

Les étudiants de l’Université des sciences et techniques de Masuku (USTM) sont actuellement dans l’impasse. Ils dorment à la belle étoile depuis quelques jours. Une situation relative au report de la date de rentrée académique, mais plus encore, aux travaux de réhabilitation lancés depuis juillet dernier et qui tardent à s’achever.

La toile gabonaise enregistre ces dernières heures une profusion de vidéos et de photos mettant en exergue les inscrits à l’USTM. Ces derniers, de retour des vacances ou de stages, et escomptant rejoindre leur chambre au sein du campus ont été désillusionnés. «Il y a de cela trois mois, les administrateurs nous ont demandé de libérer le campus parce qu’il devait être réhabilité. Ils nous avaient promis qu’à la rentrée académique, d’abord prévue le 19 septembre 2022, nous pourrions le réintégrer», raconte un étudiant, frustré.

Le jeune homme laisse entendre que les étudiants ne savent plus à quel saint se vouer. Pour plusieurs apprenants, les dirigeants de l’établissement n’ont pas tenu parole. «Ils ont repoussé la date de la rentrée pour le 24 octobre 2022. Cette décision n’a été rendue officielle que le 21 septembre 2022 alors qu’il y avait déjà plein d’étudiants rentrés et qui pensaient reprendre les cours et regagner leurs chambres, mais il n’en est rien. Ils refusent de nous faire réintégrer nos chambres», déplore encore cet étudiant.

Estimant être «des enfants de prolétaires» qui n’ont pas de ressources pour louer dans les quartiers, les étudiants, notamment ceux n’étant pas originaires de la province du Haut-Ogooué, incitent les hautes autorités à trouver une solution à ce tracas. «Nous dormons à la belle étoile, exposés aux dangers. Nous sommes en détresse !», laissent entendre les étudiants de l’USTM.

Le recteur faisait savoir que la reprise des activités pédagogiques initialement reportée au lundi 24 octobre 2022 est nécessaire pour «réunir les conditions de reprise sur le plan de la réhabilitation des infrastructures et de la délocalisation partielle de l’USTM au Centre multisectoriel de formation et d’enseignement professionnel de M’vengue». Or, d’autres photos illustrent les dortoirs et des meubles vétustes. Et derrière, il se dit qu’«aucune réhabilitation n’est perceptible». Qu’en est-il exactement ? Aux autorités compétentes d’éclairer l’opinion sur la situation qui prévaut actuellement dans cet établissement.

 

 
GR
 

2 Commentaires

  1. CYR Moundounga dit :

    Bjr. la honte au Gabon vraiment. Même programmé une rentrée dans des chambres académiques cela relève de l’impossible. Tchoouo. C’est pas le foncier qui manque à FCV. Logez les enfants svp ! Amen.

  2. UDFR dit :

    pitoyable…..et deux articles plus haut on parle de développer le tourisme…

Poster un commentaire