GR


Au moment où plusieurs pays industrialisés sont lancés dans la recherche du vaccin et des produits permettant de traiter uniquement le Covid-19, mettant en jeu d’importantes sommes d’argent pour y parvenir, l’Organisation mondiale de la santé les exhorte à rendre «équitable» l’accès au résultat de leurs recherches. L’OMS plaide notamment pour les pays africains les moins riches.

L’OMS demande un accès équitable aux futurs vaccins contre le Covid-19. © D.R.

 

Plusieurs experts du domaine l’ont répété ces derniers mois : la mise sur le marché d’un vaccin contre le Covid-19 prendra du temps. Si 150 candidats se sont officiellement déclarés depuis le début de la pandémie, 19 étant actuellement en essais cliniques dans plusieurs pays à travers le monde, il faudrait pourtant attendre vraisemblablement le premier trimestre de 2021 pour qu’un de ces vaccins soit validé par l’OMS. En attendant, l’organisation exhorte déjà les pays susceptibles de remporter la course à la meilleure protection contre le virus de penser également aux pays pauvres, notamment ceux de l’Afrique qui n’ont pas toujours les moyens financiers pour se procurer des vaccins, à défaut d’être capables de les fabriquer eux-mêmes.

«Il est clair qu’au moment où la communauté internationale se réunit pour mettre au point des vaccins et des thérapeutiques sûrs et efficaces pour le Covid-19, l’équité doit être au centre de ces efforts», a déclaré Dr Matshidiso Moeti, lors d’une récente conférence de presse virtuelle organisée par l’ Organisation de la presse africaine (APO Group).

La directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique estime en effet que «trop souvent, les pays africains se retrouvent tout au bas de la liste pour les nouvelles technologies, y compris les vaccins». Or, pense-t-elle, «ces produits vitaux doivent être accessibles à tous, et pas seulement à ceux qui ont les moyens de les payer».

Dans le but d’assurer une allocation équitable des vaccins à tous les pays, l’OMS collabore avec Gavi, l’Alliance pour les vaccins, et la coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI). L’organisation onusienne espère ainsi fournir deux milliards de doses dans le monde pour les populations à haut risque, dont un milliard pour les pays à faible et moyen revenu. Rappelons que le Gabon fait partie quant à lui des pays dits à revenus intermédiaires. Le pays devra donc lui-même se fournir en doses de vaccin le moment venu.

 
GR
 

1 Commentaire

  1. Serge Makaya dit :

    L’OMS est une organisation HYPOCRITE. A Ntare Nzame !!! Vous croyez que Bill Gates qui finance cette organisation veut aider les pauvres ? C’est un assassin qui veut réduire la population mondiale. Et ces gens s’en prennent surtout à nous, pauvres africains.

Poster un commentaire