GR

 

Le ministre des Sports, a condamné le 1er mai, l’incendie qualifié de terroriste de la tribune d’honneur du stade d’Engong à Oyem, dans le Woleu-Ntem, assurant que cet acte ne restera pas impuni, quel qu’en soit le temps, force restera à la loi.

Le ministre des Sports condamnant, le 1er mai 2020, l’incendie de la loge présidentielle du stade d’Engong à Oyem. © D.R.

 

Dépité et mécontent de l’incendie de la tribune d’honneur du Stade d’Engong à Oyem, perpétré par un groupuscule autoproclamé «Cellule du grand nord», le 30 avril, le ministre des Sport, Franck Nguema a condamné ce qu’il qualifie d’acte terroriste contre le «symbole» d’une «preuve de confiance» du président Ali Bongo en la province septentrionale du pays.

«Par ma voix, le gouvernement condamne fermement cet acte de terrorisme qui n’a pas sa place dans notre pays, car les traditions Ekang (Fang) en particulier, et Bantu en général, enseignent la tolérance, la paix, le respect de la respublicae, (la chose publique)», a-t-il déclaré le 1er mai, estimant qu’en s’attaquant au stade d’Engong qui fait la fierté des Oyemois et du peuple du Woleu-Ntem, «ces terroristes se sont attaqués violemment aux valeurs du sport et donc aux valeurs de paix, de fraternité, de concorde qui forgent l’idéal de rassembler et d’unir les peuples».

Selon le ministre des Sports, après avoir découvert sur les réseaux sociaux, comme beaucoup de Gabonais, la vidéo amateur montrant les auteurs de cet acte mettant le feu à la tribune d’honneur du stade d’Engong à Oyem, des enquêtes ont été immédiatement ouvertes afin d’appréhender ces terroristes.

«La question que l’on peut se poser légitimement est: à qui profite ce crime ? Ce qui est sûr, cet acte terroriste ne profite pas aux populations d’Oyem et du Woleu-Ntem, encore moins à celles du reste du Gabon. Le gouvernement a pris les mesures idoines pour la sécurisation du Stade d’Engong à Oyem», a souligné Franck Nguema, assurant que l’incendie terroriste de l’Engong Stadium d’Oyem «ne restera pas impuni, quel qu’en soit le temps, force restera à la loi».

Le stade d’Engong à Oyem est une infrastructure moderne et d’envergure de 20.500 places ayant couté à l’État plusieurs dizaines de milliards de francs CFA, et qui avec les stades d’Angondjé, de Port-Gentil et de Franceville, ont permis d’abriter les matches de la phase finale de la 31e Coupe d’Afrique des cations Total 2017.

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    C’est toi qu’on devrait condamner de laisser les stades de foot sans surveillance. Ça vous coûte quoi que de recruter seulement deux gardiens par stade ? A Ntare Nzame !! Pitié !!

  2. Ikobey dit :

    deux gardiens pour tous les stades , ça fait cher !
    Tant pis, le pays n’a plus les moyens de gaspiller. Il faut responsabiliser tout le monde, l’état ne peut pas payer constamment de telles bêtises .

Poster un commentaire