TATIE

Le Gabon a enregistré 500 nouvelles infections du VIH-Sida chez les 0 à 14 ans en 2019, contre 1200 nouvelles infections au cours de la même année chez les adultes. Plusieurs facteurs expliquent cette situation à l’instar de l’absence de financement pour mener la riposte ou contrer les comportements irresponsables.

Le Gabon a enregistré 500 nouvelles infections chez les 0 à 14 ans en 2019. © D.R.

 

Noyée par l’avènement du Covid-19, la situation du VIH-Sida au Gabon n’en demeure pas moins inquiétante. Selon les statistiques du Plan national de lutte contre le sida et les infestions sexuellement transmissibles (PNLIST), mises en lumière dans L’Union du 1er décembre, 500 nouvelles infections ont été enregistrées dans la tranche d’âge située entre 0 et 14 ans en 2019.

La situation est tout aussi alarmante chez les adultes, où 1200 nouvelles infections ont été répertoriées au cours de la même année, dont 810 chez les femmes, même si le taux de prévalence est passé de 4,1% en 2006 et 2012 à 3,8% en fin 2018. Quoiqu’il en soit, ces chiffres sont inquiétants en ce jour de célébration de la Journée mondiale contre le sida sous le thème «Solidarité mondiale et responsabilité partagée».

Au Gabon, le PNLIST explique que la situation est imputable à la baisse du niveau de sensibilisation autour des mesures de prévention et protection, le tapage médiatique sur le sujet, les financements et les comportements irresponsables. A ces difficultés s’ajoute la stratégie nationale de lutte qui peine à établir un suivi constant de la prise en charge des Personnes vivant avec le VIH (PVVIH).

Sur ce dernier point, un audit est actuellement en cours pour faire un toilettage des PVVIH. En effet, sur une population de 53 000 PVVIH, près de 44 000 connaissent leur statut sérologique, tandis que 38 000 sont sous traitement. «Mais, beaucoup de doublons et dossiers multiples rendent parfois difficile la bonne lecture de ces statistiques», a indiqué la Direction générale de la prévention du Sida (DGPS).

 
GR
 

1 Commentaire

  1. MOUNDOUNGA dit :

    Bjr. Au moins les statistiques sont là. Au moins nous avons une lecture quantitative et qualitative du fléau. Nous pouvons ainsi dire qu’attention les 0-14 ans sont ils de plus en plus actifs sexuellement, sinon comment expliquer une telle envolée. Soit 500 nouvelles infections. 0-14 c’est pratiquement sur le plan éducatif le cycle maternel, primaire et le début du secondaire (6e). Attention danger. Amen.

Poster un commentaire