En réaction aux protestations et dénonciations des communautés locales du 1er arrondissement d’Akanda, le 22 août dernier, le maire de cette commune met en avant le rôle de la puissance publique et l’intérêt général.

Le maire de la commune d’Akanda, Claude-Michel Sezalory, au NYFA 2015. © Gabonreview

Le maire de la commune d’Akanda, Claude-Michel Sezalory, au NYFA 2015. © Gabonreview

 

Gabonreview : le 22 août dernier [lire «Akanda : Touche pas à mes terres !»], des autochtones du Cap Estérias et ses environs ont marché pour dénoncer les appropriations abusives de terres. Qu’en est-il au juste ?

Claude-Michel Sezalory : J’ai entendu parler de cela. Ma réaction est que c’est un projet d’État et c’est fait pour le développement de tout le monde. Donc on ne peut pas, parce que certaines personnes disent disposer de terres ancestrales, bloquer tous les projets d’État. Ce n’est pas possible. La partie du Cap Esterias qui est peut-être qualifiée de terre ancestrale, c’est celle couverte par le parc d’Akanda et quand on regarde les superficies, on se rend compte que toute cette zone est classée et aucun titre ne peut-être attribué selon la loi et la législation. La partie qui est réclamée est une partie qui ne l’était pas et qui n’a jamais été connue de l’ensemble des communautés comme étant ancestrale. La deuxième chose est que la route qui a été développée par l’État, visant à goudronner la voie qui va jusqu’au Cap Estérias n’est que dans une extension de la commune d’Akanda.

Ces populations qui avaient à leur tête le roi des Benga, Marcel Nkombouet, ne chantent pas un cantique différent du vôtre. Ils disent oui aux projets qui tiennent compte des populations locales. Cependant, ils condamnent les appropriations abusives des terres. Quelles sont ces projets de développement qu’ils auraient du mal à percevoir ?

Nous avons plein de projets pour la commune, notamment la construction d’une zone industrielle, d’une marina, d’un parc pour la jeunesse. Un ensemble d’actions qui prennent du temps mais qui finiront par aboutir. Actuellement, il y a déjà deux projets qui ont été mis en droit d’utilité public (DUP), notamment la mise en place de 10 000 parcelles pour les populations sur un programme en trois phases en partenariat avec la fondation Prince Charles, parce que les populations ont demandé des terrains habitables et, l’autre côté, ce sont des parcelles viabilisées également pour les populations.

Il faut qu’on sache ce qu’on veut. Est-ce-que nous voulons donner des terrains à l’ensemble des Gabonais pour qu’ils puissent construire leurs maisons, ou on veut rester dans un cycle vicieux où à chaque fois que l’État veut initier des projets, il y a toutes ces difficultés qui subsistent. Parler de terres ancestrales c’est bien, mais il faut se souvenir qu’à Oyem en 2011, le président de la République avait dit qu’il y a le retour au domaine public de toutes les grandes propriétés foncières. Et jusqu’à aujourd’hui, le gouvernement actuel est entrain de payer les conséquences de cette décision de rétribuer aux populations ce qui leur revient de droit.

Vous avez là le parc d’Akanda, très connu pour son île aux oiseaux. Cependant le parc est victime d’un scandale écologique, avec sa mangrove qui est fortement attaquée par des squatters. Comment comptez-vous lutter contre ce phénomène ?

Nous travaillons à l’heure actuelle avec les parcs nationaux de façon à arrêter cette occupation anarchique de la mangrove.

 

 
 

21 Commentaires

  1. Cassandre de Troie dit :

    Encore un Vieil Emergent qui prend les Benga pour des gros Imbéciles. Avec son Etat, il veut faire une marina au Cap, alors que celle entreprise au port Môle est un tas de sable blanc. Ne rigolez pas! Ce vieux mafieux qu’Omar avait chassé du Gabon en son temps n’est revenu que pour s’approprier le Cap Estérias.

  2. Che Guevara dit :

    Il y a deux problèmes fondamentaux qui expliquent cette crispation entre les populations et l’équipe municipale:
    1. Un manque flagrant de communication. Communication rendue d’autant plus difficile que cette équipe a été littéralement imposée aux akandais;
    2. La profonde méfiance qui animent les Gabonais vis-à-vis de l’État dont la tendance à l’affairisme et à la prévarication du bien public n’est plus à démontrer.

    • IBIDI dit :

      Tu as tout à fait raison CHE GUEVARA…le véritable problème est à ce niveau. Tout ceci avec la complicité des leaders locaux des émergents…des véritables poules molles, quoi! Ils ont acceptés dans leurs listes des personnes qui n’ont aucun amour ni sentiment avec notre contrée. Elus d’AKANDA, ils vont faire des dons et entretenir leurs populations d’origines et parents qui se trouvent qui en Corse, KOULAMOUTOU,OYEM,FRANCEVILLE,BONGOVILLE,AKIENI…LASTOURVILLE,MINVOUL,OVAN…ou TOULON…Quoi qu’il en soit le Chef Benga a été clair…Nous sommes à son écoute et attendons sa ferme décision au moment opportun. Que ceux qui doutent, demande à l’entrepreneur du chantier de la fameuse école de tourisme un autre éléphant blanc qui sert de décors à l’entrée de notre beau village…On les attend.

  3. Francophone dit :

    Nombreux sont les collaborateurs d’OMAR encore vivant et résidant au Gabon.
    Sezalory est un escroc notoire , son business au GABON a toujours été le même , la terre .
    Les Gangsters Américains ont rêvés AL CAPONE maire de Chicago ? Les emergents ont trouvés mieux ; C’est Sezalory maire de AKANDA !

  4. fleurindies dit :

    Ce qui dérange c’est la double casquette de Sezalory, un coup promoteur immobilier et puis Maire d’Akanda … Juge et parti???? Incroyable!!! Mieux, un maire d’une ville verte qui roule en Masserati????? C’est un non sens complet!!!!
    Et enfin, les magouilles STOP!!! Place aux projets qui incluent les populations locales, qui respectent l’environnement sinon, Dégagez avec votre commune “spéculation” …

  5. Ditsoga dit :

    D’ailleurs on en a marre des promesses. On veut maintenant des actes concrets. Quand est ce que les Gabonais vivront heureux chez eux ? ! Vous voulez encore confisquer le patrimoine des Gabonais pour le céder à vos amis expatriés ? Cette fois-ci, ça ne passera pas. Le Gabonais n’est plus dupe.

  6. IBIDI dit :

    C’est triste cette réaction du Gabono-Corse…maire de cette localité.Il confond l’Etat GABON avec S.A ALLIANCE dont il est le propriétaire et patron…ceci en contradiction de la loi 15/96 sur la décentralisation.IL parle de la Marina, projet initié par ALLIANCE et dont les travaux architecturaux ont été réalisés par WILMOTTE & ASSOCIES ARCHITECTES. Prés de 100HA pour 341 parcelles selon ce document établi par WILMOTTE.A ce jour plus de 40 parcelles sont déclarées vendues pour une valeur de 16 milliards 174millions 950mille FCFA. Le Projet à lui même est estimé à prés de 144 MILLIARDS de FCA; exactement : 143 Milliards 702 millions 680mille 824 FCFA. Que gagne l’akandais lambda dans un tel projet où le coût de la parcelle au mètre carré est reparti comme suit : Parcelle A =275000FCFA, Parcelle B = 175000FCFA et Parcelle C 150000CFA. On se moque de qui? Aucun radis de ce qui a été déjà encaissé n’a été déversé à l’ETAT encore moins à la commune…

  7. IBIDI dit :

    Nous avons nos terres ancestrales et nous les préserverons quoiqu’il en soit…Il n’y a pas que le CAP qui a besoin de développement émergent. Iboundji, PANA,BOUMANGO,AKIENI,LEWAI,COCOBEACH,AKEBE PLAINE,BAIS DE COCHONS,KINGUELE la grande promesse…KANGO,MITZIC,MEDOUNEU,MANDJI,MAYOUMBA…SETTE GAMA ces villes également ont besoin de SMART CODE, ou bien ? Donc arrêtez. Que Mr le Maire s’occupe d’abord de la mise en place de son administration. Trouve t il normal qu’à ce jour cet commune de pleine exercice soit locataires des ses bâtiments? Evidemment oui…Il agit comme AL CAPONE. Tout pour lui.
    Incapable d’initier de vrais projets pour le bien être de tous. Les loyers de location de la commune et des deux arrondissements remportent à sa juteuse SA ALLIANCE prés de 12 Millions par mois : c’est de l’EMERGENCE version GABAO. Difficile de doter la commune de ses propres bâtisses…facile, et très facile d’engranger des hectares de terres au de “projets d’ETAT”…Nous disons NON,NON…et NON! On être en démocratie que AL CAPONE nous démontre que le Conseil Municipal dont il est incapable de gérer a validé un quelconque projet foncier depuis sa prise de fonction. Il est incapable de convoquer les Conseils pour débattre des préoccupations réelles des populations et du personnel de son administration dont plusieurs agents non pas perçus leurs salaires depuis plusieurs mois voire depuis sa prise de fonction. Je suppose Mr le Président du Conseil que vous lisez ces commentaires…merci de me contredire si c’est pas vrai…Même vos collaborateurs directs…maires adjoints et d’arrondissements ne cessent de se plaindre de vos agissements cavalières mais ne peuvent rien dire à cause des représailles…ça c’est l’EMERGENCE, quoi!…

  8. gabontchouoooo dit :

    La recolonisation de l’Afrique… Vive l’émergence !

    • randa jabert dit :

      Merci Ibibi de nous informer sur cette mafia qui sévit a Akanda depuis la nomination de ce Monsieur, qui na sa nationalité gabonaise que depuis 2 ans. (pourtant il a passé toute sa vie au Gabon)

      Nous demandons au Ministre de l habitat et son délégué ainsi que MR le DG de l annuutc de venir s expliquer auprès des gabonais car le mépris de MR sezalori n’est plus a démontrer!!!

      Nous sommes d’accord pour un projet d État , mais pas au détriment des populations!!! il est du devoir de l’état d ‘informer, de comprendre la situation de chacun ,d ‘accompagner ces personnes vers un relogement , vers l obtention d’un titre de propriété,et aussi de les traiter dignement en apportant des solutions.

      car tous les gabonais lambda savent COMBIEN IL ÉTAIT DIFFICILE D OBTENIR UN TITRE FONCIER DÉLAI D ATTENTE 10ans VOIR PLUS!
      Le Ministère doit prendre ses responsabilités suite a sa défaillance sur ce domaine

      Hors nous sommes en face d’un maire qui vend des terrains a 250 000 le mettre carré quel gabonais peut acheter? a part sa clientèle élitiste?

      Il doit s ‘expliquer sur ces montants? qui sont derrières ces SCI? ou va l argent? comment a t il obtenu des titres fonciers alors même que certaines familles avaient déjà invertis sur ces parcelles? ( la loi tient compte de l investissement déjà réalisé)pour donner un droit de propriété. Si l administration ne fait pas son travail a qui la faute?

      Les vendeuses du premier campement( nos mères) peuvent témoigner de la violence avec laquelle ce monsieur les a déguerpi.

      il parle de la fondation du Prince Charles d ‘ANGLETERRE? un courrier sera envoyé a l Ambassade de ce pays pour savoir si en son nom le prince sait qu’on déguerpis des populations sans un plan d’indemnisation et de relogement.

      IL n’est pas amis avec les émergents , ils sont FRÈRES, le MAIRE D AKANDA OBTIENT LE TITRE FONCIER QU’IL VEUT QUAND IL VEUT EN PASSANT PAR L ANNUTTC DANS UN DÉLAI TRÈS COURT; MÊME SI CETTE PARCELLE EST DÉJÀ ATTRIBUÉE!!!! NOUS POUVONS COMMUNIQUER LES DÉTAILS ET LES PREUVES LE MOMENTS VENUS.

      SOYEZ DONC VIGILANTS C’EST PAS POUR NOTRE BIEN MAIS POUR LUI SA FAMILLE ET SES ASSOCIES.

  9. Angelo dit :

    Le dernier scandale de ce Monsieur remonte a 2003 /2004 quand il etait gerant de la SCI LEKABI qui gerait les biens de feu Omar qui apres l audit de BGFI a demontre un détournement de plusieurs milliards raison pour laquelle il a du s exiler a Miami et creer une boutique d art Africain… ladite SCI a ete confiee a une autre agence de la place, quelles lecons peut on en tirer pour l avenir ?

  10. randa jabert dit :

    veut en plus jouer sur la corde sensible de l environnement, la mangrove, les oiseaux ….mon œil, il a traite les habitants du cap avec indifférence …c’est pas les oiseaux qui peuvent l intéresser.

    • Romuald dit :

      L environnement parlons en, il explique qu’il veut creer une zone industrielle, a côté d un parc national, c est tout simplement ridicule incohérent et affligeant !!! Une chose et son contraire
      Il ne prend meme pas la peine de nous mentir correctement
      C est dire a quel point il nois respecte
      Deja il se moque des populations… alors les oiseaux !

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW