Candidat à sa propre succession à l’occasion du conseil d’administration de l’Ecole normale supérieure de l’enseignement technique tenu le 27 juin à Libreville, Donatien Nganga Kouya a vu son dossier rejeté, en raison du non dépôt du bilan de ses 9 ans d’exercice à la tête de l’ENSET.

Donatien Nganga Kouya, le DG sortant de l’ENSET. © Gabonreview

 

Après neuf ans passés à la tête l’ENSET, Donatien Nganga Kouya devrait passer la main dans les prochaines semaines. Sa candidature n’a pas été retenue à l’issue du conseil d’administration de l’établissement, tenu le 27 juin à Libreville.

Parmi les points inscrits à l’ordre du jour de ce conseil d’administration présidé par le ministre d’Etat en charge de l’Enseignement supérieur, Jean de Dieu Moukagni-Iwangou, figurait notamment la sélection des candidats à la direction générale de l’ENSET. Cinq postulants ont soumis leurs candidatures : Joseph Ngoma Louembe, Samuel Mezui M’Obiang, Christian Didier Mouity, Jean Christophe Moudjingui et Donatien Nganga Kouya. Après l’examen des dossiers, la candidature du directeur général sortant a été jugée irrecevable.

«Il est fait grief au directeur sortant de n’avoir pas satisfait à une disposition de l’arrêté 011 qui exige, s’agissant des candidats en fonction, le dépôt d’un bilan de leur exercice écoulé», a expliqué Jean de Dieu Moukagni-Iwangou. Au final, seules quatre candidatures ont été retenues.

Au terme de leurs auditions sur le programme de gouvernance institutionnelle, Jean Christophe Moudjingui s’en tire avec une moyenne de 83,81%. Christian Didier Mouity a obtenu 70,86%, Samuel Mezui M’Obiang 67,5%. Joseph Ngoma Louembe n’a recueilli que 43,14%.

Conformément au décret 216 et de son arrêté d’application 001, les trois premiers candidats, à savoir Jean Christophe Moudjingui, Christian Didier Mouity et Samuel Mezui M’Obiang, seront soumis au Conseil des ministres dans les prochains jours. L’un d’eux sera désigné directeur de l’ENSET.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga

 
 

1 Commentaire

  1. faustaire dit :

    à la lecture de la décision du conseil d’administration, il est quand même surprenant et choquant de constater une application à géométrie variable du décret portant désignation des chefs d’établissement supérieur au Gabon. en effet, si l’on devrait se conformer au texte, les quatre candidatures retenues devraient être rejetées du fait que les candidats ne remplissent pas certaines conditions non moins négligeables pour prétendre au poste. le décret oblige entre autre les candidats à être titulaire du grade de maitre assistant ce qui n’est pas le cas des candidats dont les candidatures ont été retenues. c’est le cas par exemple des candidats comme Louembe Ngoma joseph qui est assistant sans doctorat, mezui m’Obiang Samuel docteur en science de l’éducation et assistant, moudjigui jean christophe assistant sans doctorat et de mouity didier christian qui est docteur assistant. tous ces quatre candidats n’ont pas le grade de maitre assistant comme l’exige les textes et ont vu leur dossier retenu or leurs dossiers devraient être jugés irrecevables du seul fait qu’ils ne remplissent pas les conditions imposées par la loi comme cela a été le cas lors du conseil d’administration de l’IST. on se demande alors pourquoi et comment le docteur et maitre de conférence CAMES donatien nganga kouya qui est le seul candidat remplissant cette condition peut voir son dossier jugé irrecevable. nous sommes soit à la limite de l’arbitraire ou encore, nous assistons une fois de plus à une application erronée de la loi. ce qui risque encore d’avoir des conséquences dommageables.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW