Ayant vu son dossier de candidature rejeté en juin, le directeur général sortant de l’Ecole normale supérieure de l’enseignement technique (Enset) ne décolère pas. Il estime ce mercredi dans une interview au trihebdomadaire Echos du Nord que la décision du conseil d’administration n’a pas été neutre et n’a pas respecté le principe de l’égalité des chances pour tous les candidats.

Le Pr Donatien Nganga Kouya, DG sortant de l’Enset, entend faire appel du rejet de son dossier de candidature. © Gabonreview

 

Ecarté en juin par le conseil d’administration pour n’avoir pas présenté son bilan, le Pr Donatien Nganga Kouya n’entend pas en rester là. Il va faire appel de cette décision, qu’il présente ce mercredi 18 juillet au trihebdomadaire Echos du Nord comme «une grossière mascarade». Le directeur général de l’Enset, candidat à sa propre succession, estime que son «dossier aurait dû être validé», d’autant que sa «candidature résulte de ce qu’étant la seule crédible de par le contenu». Il y voit un «acharnement» de la part du ministre de l’Enseignement supérieur et des autres membres du conseil d’administration qu’il accuse d’avoir violé la loi.

Si le Pr Donatien Nganga Kouya n’avait pas présenté son bilan comme exigé par l’arrêté 001/MESRS/CABM, ce n’était pas par défiance vis-à-vis de qui que ce soit, assure-t-il. Il ne voulait pas trop en faire. «En réalité, mon bilan était fondu dans mon CV (21 pages) et dans mon Projet de gouvernance institutionnelle (31 pages), pour éviter les redites. C’est à la lecture de ces deux documents que forcément le conseil aurait su et lu les efforts que j’ai consacrés tout au long de ma gouvernance», se défend-t-il, précisant que depuis neuf ans à la tête de l’Enset, il a pris part à quatre conseils d’administration présidés par le ministre de l’Enseignement supérieur et co-présidé par le ministre de l’Enseignement technique. A l’occasion de chacune de ces rencontres, il s’est toujours soumis à la présentation d’un bilan.

«Le dernier conseil s’est tenu le 17 décembre 2017, il y a six mois seulement. Qui peut donc croire qu’à cette date j’ai pu présenter un bilan et que je n’en sois plus capable six mois plus tard ?», s’interroge le DG sortant de l’Enset, qui continue de croire qu’«il n’y a pas eu neutralité et égalité des chances des candidats», lors du conseil d’administration du 27 juin dernier avec le ministre d’Etat Jean de Dieu Moukagni-Iwangou.

 
 

8 Commentaires

  1. Mimbo dit :

    Il faut savoir partir,c’est pas une propriété privée.

  2. itsiembou dit :

    l’ancien DG intervient deja sur ECHOS du NORD ? OOOOOOOhh, je rêve ou quoi

  3. messowomekewo dit :

    Voilà un pseudo intellectuel, il croit que tant qu’il est vivant aucun autre compatriote ne peut diriger l’ENSET,pathétique. Ce type a passé près de 10 ans aux commandes de cet établissement d’enseignement supérieur, ce n’est pas assez à ses yeux. C’est honteux.

  4. NKT dit :

    9 ans à la tête de l’ENSET, papa sort par la grande porte arrête de faire le bruit.

  5. Ikobey dit :

    Bye Bye Professeur, retournez à vos chères études.
    En plus il ne sait pas faire un c.v., 21 pages !on voit qu’il n’a jamais cherché du travail.Aucun DRH ne le lirait !
    Il mérite bien son éviction.
    Il faut faire de mauvaise fortune bon coeur.

    • Stéphene sjy dit :

      Monsieur le professeur il faut laissé au Gabon c’est toujours ça on enlève celui qui défend au mieux.. Venez nous aider dans votre lycée :le lycée scientifique et technologique Paul Kouya nous élèves vu la situation de l’an passé nous ne savions pas si nous allons démarrer les cours normalement

  6. Axelle MBALLA dit :

    Professeur…Partez! Evitez que l’on verse sur vous, ces propos immondes qui font la nature de votre “autre frère”. Je ne peux aller au-delà, en souvenir de celles qui nous quittées, et qui m’étaient particulièrement proches.
    Faites confiance en vos compétences et aptitudes. Oubliez les mots nocifs “gouvernance, pouvoir, richesse”.
    Ils sont au cœur de cette pandémie sociopolitique et économique qui a détruit le Gabon, sous la houlette des BONGO, père et fils.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW