Au cours d’un récent entretien avec la presse, le ministre en charge de la Culture, Alain –Claude Bilie-By-Nze, a annoncé pour février 2019 l’ouverture officielle du Musée national actuellement en réfection. Toutes les conditions doivent néanmoins être réunies.

Le Musée national, situé dans les locaux de l’ancienne ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Libreville, ne pourrait pas ouvrir en février 2019 sans budget, selon Alain-Claude Bilie-By-Nze. © Gabonactu.com

 

Le ministère de la Culture s’attèle désormais aux derniers réglages afin d’ouvrir au public les portes du Musée national. Le rendez-vous étant annoncé pour février 2019, des appréhensions demeurent malgré la bonne volonté des responsables du département de la Culture. «Nous avons refait le musée. Vous voyez bien qu’il n’est pas équipé. On n’a pas encore les œuvres qui y seront exposées», a récemment déclaré le membre du gouvernement.

«A l’heure actuelle, ce musée qui a été fait à Libreville ne dispose pas encore d’inscription budgétaire pour son fonctionnement. C’est une vraie difficulté. On doit justement l’ouvrir au mois de février. Mais encore une fois, on ne doit pas s’engager à ouvrir un musée si on ne sera pas capable de l’entretenir. Il n’ouvrira en février qu’à la condition, de mon point de vue, qu’il ait un budget de fonctionnement. S’il n’y a pas de budget de fonctionnement, s’il n’y a pas d’autonomie de fonctionnement, on ne va pas ouvrir ce musée. En tout cas, je ne prendrais pas la responsabilité d’ouvrir ce musée», a expliqué Alain-Claude Billie-By-Nze.

Pour le ministre en charge de la Culture, si l’on aspire à faire fonctionner, de manière idoine et optimale, ce temple de l’art gabonais, il faut qu’il dispose d’une autonomie en tous points. «Il faut qu’il ait une capacité à pouvoir nouer les partenariats avec d’autres musées de par le monde. Il faut qu’il soit capable d’initier et de commettre des recherches, de manière tout à fait autonome, sans dépendre du ministère», a ajouté le membre du gouvernement, indiquant par la même occasion que le ministère de tutelle ne participera qu’au Conseil d’administration.

Tout est déjà prêt pour une inauguration magistrale, même si ces difficultés demeurent. Et le thème d’ouverture sera consacré au Bwiti, rite initiatique du Gabon. «Nous voulons débuter en février avec une exposition sur un terme typiquement gabonais ; c’est le Gabon du Bwiti. Parce que le Bwiti, c’est une identité forte. C’est à la fois philosophique, religieux, anthropologique et c’est culturel. Le Bwiti, aujourd’hui, est une identité gabonaise», a-t-il présenté.

En attendant février 2019, les attentes restent désormais focalisées sur la restitution du patrimoine gabonais par la France. Mais comme pour le championnat national de football, le membre du gouvernement se veut pragmatique. Il n’y aura pas d’ouverture du musée national s’il n’y a pas de budget nécessaire à son fonctionnement.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW