Depuis quelques jours, les quartiers La Sablière, Tahiti, Narval, Kalikak et Batterie IV sont couverts par l’internet haut débit, qui devrait s’étendre à l’ensemble de la capitale voire à d’autres villes d’ici à la fin de l’année en cours.

© Gabonreview/Shutterstock

© Gabonreview/Shutterstock

 

Le directeur général de Gabon Telecom, annonçant le lancement de la FTTH, le 20 juillet 2016 à Libreville. ©Gabonreview

Le directeur général de Gabon Telecom, annonçant le lancement de la FTTH, le 20 juillet 2016 à Libreville. ©Gabonreview

Depuis quelques jours, les habitants des quartiers La Sablière, Tahiti, Narval, Kalikak et Batterie IV à Libreville ont la possibilité d’accéder à l’Internet haut débit grâce à la fibre optique. Après avoir ouvert, en 2012, cette possibilité aux entreprises, Gabon Telecom a annoncé, le 20 juillet, le lancement de la technologie «FTTH : Fiber to the home» permettant aux usagers d’avoir un débit performant et de meilleure qualité. « (FITTH c’est) une connexion illimitée, des débits cent fois plus élevés que l’ADSL, des téléchargements instantanés à partir de plusieurs terminaux à la fois et la possibilité de développer des applications à domicile, telles la vidéo-conférence, la télésurveillance ou le télétravail», a expliqué le directeur général de Gabon Telecom.

Si Gabon Telecom revendique une baisse de 93% des frais d’accès à la fibre optique, il rappelle que cette technologie nécessite d’importants investissements. D’où la réduction de son champ de couverture au lancement. Ayant annoncé une réduction de 50% des redevances mensuelles, un débit de 50 Mbps et la gratuité des frais d’installation pour les cent premiers abonnés, l’entreprise de téléphonie a promis étendre la fibre optique à d’autres quartiers voire à d’autres villes avant la fin de l’année en cours.

La fibre optique est imperméable aux aléas climatiques et ne s’oxyde pas comme le cuivre.

 

 
 

3 Commentaires

  1. guidouma dit :

    avez vous vu les quartiers dans lesquelles la fibres optique commence? A vous de juger les maboules jeunes de KINGUELE, AKEBE, OWENDO, les PK, NZENG AYONG j’en passe. L’égalité des chances c’est ça? ouvrons les YEUX!!!!! prenons notre destin en main.

  2. jean jacques dit :

    je ne comprend pas dans ce pays. le gouvernement sait très que que les gabonais ont des salaires trop faibles,imaginer les de minus qui ne travaillent pas. et le gouvernement laisse les marocains parler de 150000 pour les installations c’est déjà le salaire de quelqu’un. il faut faire comme en Corée du sud on les frais d’installation ne dépassent pas 50000. et les pauvres le gouvernement prend l’engagement.c’est un projet social.

    voici un bon exemple c’est pas ce que les marocains veulent nous mentir

    1. En Corée du Sud, la vitesse moyenne de connexion est de 25,3 mégabits par seconde. C’est presque six fois plus que la moyenne mondiale, de 4,5 mégabits par seconde, quatre fois plus que la moyenne en France, de 6,6 mégabits, et c’est le double de la vitesse moyenne aux États-Unis. Le pays se prépare d’ailleurs à passer à la 5G d’ici à 2018.

    Une performance qui n’empêche pas les restrictions : le gouvernement coréen s’octroie en effet la possibilité de bloquer les sites qu’il juge indécents.

    • 2. Pourtant loin derrière la Corée du Sud, Hong-Kong arrive en seconde position, avec 16,3 mégabits par seconde.

    • 3. Le Japon se classe à la troisième place, avec une vitesse moyenne de 15 mégabits par seconde. Il fait partie, avec la Corée du Sud, des très rares pays à proposer des offres de connexion à domicile très haut débit d’un gigabit par seconde.

    • 4. La Suisse n’a pas la réputation d’être un pays de geeks ; c’est pourtant le premier pays européen du classement. Elle arrive en quatrième position, avec une vitesse de connexion moyenne de 14,5 mégabits.

    • 5. La Suède est un des pays au monde qui utilise le plus massivement Internet, avec 94% de la population en ligne tous les mois. Elle se classe à la cinquième place des pays les plus rapides, avec 14,1 mégabits par seconde.

    les amis,excuser mois de vous publier toutes ses informations, le Maroc qui vient au Gabon s’enrichir ce pays ne figure même pas dans les top 10 africain:

    Le continent africain est toujours à la traîne en termes de vitesses de connexion Internet et de nombre d’utilisateurs. Les mises à jour du 05 mars 2013 de l’indice Net Index confirment ce constat et révèlent que le pays d’Afrique où l’Internet est le rapide ne parvient à se classer qu’à la 69e position mondiale sur un panel 182 pays.

    L’indice Net Index, calculé à partir de millions de résultats de tests récents via Speedtest.net, compare et classe les vitesses de téléchargement des consommateurs du monde entier.

    La valeur de l’indice correspond à « la moyenne mobile en Mbps (mégabits par seconde) au cours des 30 derniers jours pour une distance moyenne entre le client et le serveur inférieure à 300 miles ». Au 05 mars 2013, la moyenne mobile mondiale est de 13,08 Mbps. Bien que l’on constate que les vitesses de téléchargements ont progressé en Afrique depuis l’année dernière, la moyenne mondiale a aussi connu une amélioration par rapport au mois d’août 2012.

    Hong Kong reste en tête du classement mondial grâce une vitesse de téléchargement Internet qui fait rêver avec 45,57 Mbps en moyenne. La Grande-Bretagne et la France sont respectivement à 19,34 Mbps (24e) et 16,29 Mbps (32e). Les pays africains sont encore tous bien au-dessous de ces niveaux.

    Rwanda : 1er en Afrique, 69e mondial, 7,43 Mbps

    Le Rwanda, qui gagne 3 places depuis l’année dernière, détrône Madagascar avec une vitesse de téléchargement moyenne de 7,43 Mbps. 3.566 adresses IP uniques ont été testées entre le 04 février et le 05 mars 2013. Le pays doit son amélioration aux efforts de MTN RwandaCell dont les utilisateurs téléchargent plus rapide à une vitesse de 4,44 Mbps contre 1,25 Mbps.

    Madagascar : 2e en Afrique, 76e mondial, 7,02 Mbps

    La grande île se maintient et propose toujours des vitesses Internet bien au-dessus de celles disponibles dans la plupart des pays africains. Le pays perd une place par rapport à l’année dernière mais reste toujours bien mieux classée que les poids lourds Africains comme l’Afrique du Sud et le Nigeria qui enregistrent des vitesses de téléchargement respectives de 3,86 et 2,37 Mbps. Madagascar est 76e mondial selon les résultats des tests sur 9.978 IP uniques entre le 04 février et le 05 mars 2013. Dans la capitale, Antananarivo, la vitesse moyenne a bondi de 2,12 Mbps à 6,85 Mbps par rapport au mois d’août 2012. Le fournisseur de services Internet Data Telecom Service offre les services les plus rapides avec une vitesse moyenne de 7,45 Mbps.

    Ethiopie : 3e en Afrique, 87e mondial

    Les résultats ont été obtenus en analysant les tests sur 3.189 IP uniques entre le 6 novembre 2012 et le 5 mars 2013. Le pays doit sa 3e place africaine à son FAI Ethio Telecom qui offre une vitesse moyenne de téléchargement exceptionnelle en Afrique de 16,80 Mbps.

    Ghana : 4e en Afrique, 88e mondial, 5,34 Mbps

    Le Ghana se classe 4e en Afrique de justesse derrière l’Ethiopie avec une vitesse de téléchargement de 5,34 Mpbs. 234.707 tests ont été réalisés par Net index sur 49.497 IP uniques entre le 04 février et le 5 mars 2013. Le pays réalise ainsi une ascension de 6 places dans ce Top 10 africain par rapport au mois d’août 2012 grâce à l’opérateur Scancom Ltp qui propose une vitesse de téléchargement moyenne de 9,14 Mbps. La capitale Accra enregistre une vitesse moyenne supérieure à la moyenne nationale avec 6.21 Mbps.

    Libye : 5e en Afrique, 90e mondial, 5,18 Mbps

    La Libye reste à la 5e place du classement africain avec une vitesse moyenne de téléchargement de 5,18 Mbps, en hausse par rapport aux observations de l’année dernière à 4.27 Mbps. Net Index a effectué 18.155 tests au total sur 1.897 adresses IP uniques dont 1.009 sont utilisées pour l’indice actuel.

    Mali : 6e en Afrique, 95e mondial, 4,87 Mbps

    Le Mali rentre dans le top 10 et gagne 63 places mondiales avec une vitesse Internet de 2,87 Mbps contre 1,64 l’année dernière. La hausse est confirmée dans la capitale Bamako où les téléchargements se font en moyenne à une vitesse de 4,06 Mbps. L’opérateur Orange Mali, propose une vitesse Internet assez décevante à 2,85 Mpbs en moyenne selon les observations de Net index sur 1.083 adresses IP.

    Kenya : 7e en Afrique, 96e mondial, 4,83 Mbps

    A partir des 83.520 adresses IP uniques testées au Kenya, le pays pointe à la 96e position de la liste globale, avec une vitesse de téléchargement moyenne de 4,83 Mbps ; en légère progression par rapport aux 4,32 Mpbs de l’année dernière. La capitale, Nairobi, illustre bien cette mesure à l’échelle nationale avec 4,89 Mbps. Parmi la vingtaine de FAI testés Global Web Intact arrive en tête avec une vitesse moyenne de 14,92 Mbps, suivi par JTL-Internal-Use avec 9,77 Mbps. Les vitesses de téléchargement les plus basses ont été relevées sur les connexions offertes par le Norfolk Hotelà 0,97 Mbps en moyenne.

    Cap-Vert : 8e en Afrique, 100e mondial, 4,67 Mbps

    Ce petit pays se classe à la 100e position mondiale. Les résultats ont été obtenus en analysant les données de tests effectués entre le 4 février et le 05 mars 2013 où 5.728 IP uniques ont été évaluées via 17.243 essais dont 448 utilisés pour l’indice actuel.

    Réunion : 9e en Afrique, 101e mondial, 4,55 Mbps

    L’île de la Réunion est à la 101e place mondiale des pays où l’Internet est le plus rapide en termes de vitesse de téléchargement. Neuvième de ce top 10 africain, le pays doit sa place à l’opérateur CEGETEL qui fournit des connexions à 6,59 Mbps contre 0,89 Mbp par France Telecom. La ville de Saint Denis offre des vitesses de téléchargement supérieures à la moyenne nationale avec 5,10 Mbps.

    Zimbabwe : 10e en Afrique, 106e mondial, 4,43 Mbps

    Ce pays, voisin de l’Afrique du Sud, se classe 106e à l’échelle mondiale et figure toujours dans le Top 10 africain même s’il perd 7 places et 1,32 Mbps en vitesse de téléchargement. 6.496 IPs uniques ont été testées entre le 04 février et le 05 mars 2013. Powertel Communications (Zimbabwe) et Telone PVT Ltd tirent l’indice vers le bas avec leurs vitesses moyennes respectives de 0,83 Mbps et 0,91 Mbps.

    Tout le classement africain

    Afrique Monde Vitesse de téléchargement au 5 mars 2013
    1 69 Rwanda, 7,43 Mbps
    2 76 Madagascar, 7, 02 Mbps
    3 87 Ethiopie, 5,39 Mbps
    4 88 Ghana, 5, 34 Mbps
    5 90 Libye, 5, 18 Mbps
    6 95 Mali, 4, 87 Mbps
    7 96 Kenya, 4, 83 Mbps
    8 100 Cap vert, 4 ,67 Mbps
    9 101 Réunion, 4, 55 Mbps
    10 106 Zimbabwe, 4, 43 Mbps
    11 110 Maroc,4, 11 Mbps
    12 116 Afrique du sud, 3, 86 Mbps
    13 113 Ouganda, 3,54 Mbps
    14 126 Angola, 3, 37 Mbps
    15 130 Mauritanie, 3, 23 Mbps
    16 134 Tunisie, 3, 03 Mbps
    17 144 Swaziland, 2, 65 Mbps
    18 148 Lesotho, 2, 56 Mbps
    19 151 Mozambique, 2, 43 Mbps
    20 154 Nigeria, 2, 37 Mbps
    21 155 Zambie, 2, 28 Mbps
    22 158 Côte d’ivoire, 2, 26 Mbps
    23 163 Seychelles, 2, 07 Mbps
    24 164 Malawi, 2,01 Mbps
    25 171 Soudan, 1, 80 Mbps
    26 172 Maurice, 1, 53 Mbps
    27 174 Egypte, 1, 35 Mbps
    28 176 Sénégal, 1, 27 Mbps
    29 178 Botswana, 1, 16 Mbps
    30 179 Algérie, 1, 12 Mbps
    31 181 Bénin, 0, 74 Mbps
    32 182 RDC, 0, 60Mbps

    Où est le Maroc, dans tout ça?

  3. Fridelia dit :

    Pour un débit performant et de meilleure qualité. «

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW