mdas

 

À 24 heures du coup d’envoi du 10 KM de Franceville, le président de la Fédération gabonaise d’athlétisme (FGA) s’est confié sur les chances des athlètes gabonais à ce rendez-vous. «En sport tout est possible», a confié Mathieu Taty dans cette interview accordée à Gabonreview, le 16 septembre à Franceville.

Mathieu Taty (casquette) aux côtés de son directeur technique national, le 16 septembre 2022, à Franceville. © Gabonreview

 

Gabonreview : Quel bilan tirer de la préparation des athlètes gabonais ?

Mathieu Taty : Je tiens avant tout à remercier le ministère des Sports et particulièrement l’Office national du développement du sport et de la culture (ONDSC), pour nous avoir permis de maintenir l’équipe nationale dans de très bonnes conditions de préparation. Si nos athlètes ont eu le temps de s’acclimater, se familiariser avec le  circuit, c’est grâce à l’Office qui a mis les moyens à notre disposition. S’agissant de la préparation, les athlètes sont arrivés à Masuku 10 jours avant la compétition. Ils ont eu le temps de familiariser avec le circuit, ils ont fait des entrainements entrecoupés. Et nous osons croire que demain, ils vont donner le meilleur d’eux-mêmes et tenter de se mettre au diapason des coureurs étrangers. En sport tout est possible. Nous pensons qu’à l’heure actuelle, nos athlètes sont sur la bonne voie.

10 jours sont-ils suffisants pour préparer la compétition ?

Mieux vaut avoir 10 jours de préparation que de ne rien avoir du tout. Parce ce que vous savez que lorsqu’on n’a pas de moyens, on arrive la veille et on découvre le circuit le jour de la compétition. Mais cette fois-ci, nos athlètes ont eu cette chance de découvrir le circuit bien avant, afin de se familiariser et s’entraîner. C’est déjà un avantage pour nos athlètes.

Quel est l’objectif pour la course ?

Le premier objectif est que nos athlètes améliorent leurs performances, et pourquoi pas, égalent leurs rivaux étrangers, rien n’est impossible. Mais également, avoir le même rendement pour les échéances à venir. Car, nous avons également à préparer le marathon et le semi-marathon de Libreville.

Combien de membres compte l’équipe nationale ?

Pour le 10 km de Masuku, nous avons 10 athlètes : trois chez les filles et sept chez les garçons. Mais lorsque nous serons à Libreville, il y aura bien plus de participants. Parce qu’il y aura plusieurs épreuves : le marathon, le semi-marathon, les 10 et 5 km.

La Fédération est désormais associée aux courses pédestres internationales au Gabon…

Il faut signaler que la prise en compte de l’équipe nationale ne relève pas du promoteur, mais plutôt de la tutelle, le ministère des Sports, par le truchement de l’ONDSC, que nous tenons à nouveau à remercier. Au niveau des accords que nous avons eus, vous avez que la Fédération est l’organe technique. Le promoteur peut venir avec des idées, mais c’est nous qui ventilons l’aspect technique. Nous avons signé la convention avec Everest Media, dans laquelle nous prenons en compte l’aspect technique. C’est-à-dire que nous mettons à la disposition de l’organisation, des officiels techniques, des entraîneurs, et pourquoi pas, des officiels membres au niveau du secrétariat, et c’est ce qui se fait. Progressivement, nous allons étoffer le personnel au niveau de ce comité d’organisation de façon que, au moins dans les jours à venir, nous ayons au moins 50% des membres de la Fédération gabonaise dans le comité d’organisation.

 

 
GR
 

1 Commentaire

  1. […] 10 KM de Franceville  : «Tout est possible» pour les athlètes gabonais, croit Mathieu Taty est apparu en premier sur Gabonreview.com | Actualité du Gabon […]

Poster un commentaire