HABANA

 

Le procès de Brice Laccruche Alihanga (BLA) dont l’ouverture, ce jeudi 29 avril au tribunal correctionnel de Libreville, est peu certaine ne manquera pas de susciter de nombreuses questions, notamment sur la responsabilité du maire et du juge administratif qui auraient permis l’établissement du faux acte de naissance supposé pour lequel l’ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo est désormais poursuivi. Les services de Renseignement censés mener des enquêtes avant l’attribution d’un tel poste ne sont pas non plus au-dessus de tout blâme.

Brice Laccruche Alihanga aurait-il travaillé aux côtés d’Ali Bongo avec un faux acte de naissance ? © Com. présidentielle

 

Le procès de Brice Laccruche Alihanga est censé s’ouvrir ce jeudi au tribunal correctionnel de Libreville. Si certains s’attendaient depuis 17 mois à le voir comparaître pour des faits de détournement supposé de deniers publics pour lesquels il avait été officiellement été mis en détention préventive en décembre 2019, c’est plutôt pour des faits de faux et usage de faux que l’ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo devrait passer devant le juge.

BLA, l’ancien proche collaborateur du président de la République, se serait fait établir un faux acte de naissance qui lui aurait permis, pensent certains, de se présenter à la prochaine élection présidentielle au Gabon. Si cette nouvelle accusation peut laisser perplexe, elle suscite surtout plusieurs interrogations dont la principale porte sur la responsabilité des commis de l’État ayant rendu possible l’établissement de ce faux document supposé. D’autant qu’il s’agit d’un maire et d’un juge administratif, tous deux exerçant vraisemblablement à Libreville.

De même que la mère de Brice Laccruche Alihanga ainsi que certains de ses parents ont été interrogés sur cet acte de naissance, comme le révèle ce jeudi Africa Intelligence, le maire et le magistrat seront-ils, eux aussi, poursuivis dans cette affaire ? Les deux personnalités que certains présentent comme des «complices» seront-ils simplement entendus en tant que témoins ? Quel sort leur est-il réservé par la justice ?

 

 
GR
 

2 Commentaires

  1. Maroga Guy dit :

    Au pays des tricheurs ,Au pays des faux actes de naissance!! Le Gabon est devenue une risée aux yeux du MONDE

    utiliser abusivement la loi pour régler des comptes a des adversaires, surtout politiques, est infame. Certains devraient être poursuivis pour abus de pouvoir!!! Tout simplement!!

    Pourquoi ne pas moderniser le système administratif, pourquoi ne pas l’informatisé , le rendre transparent?? Pour qu’à l’avenir il soit difficile de tricher sur ces actes de naissance qui font désormais la honte de toute une nation?

    Pourquoi ce flou sur le recensement de la population, l’identification des individus (obtenir une CNI est un sacerdoce)? pour continuer à augmenter les chiffres du Haut-Ogooué? pour continuer à tricher lors des élections?

    Pour cela et uniquement pour cela faut-il continuer à maintenir ce désordre et jeter l’opprobre sur toute une nation???

    Vraiment pathétique!!!!!!!!!!!

  2. diogene dit :

    Brice Laccruche Alihanga aurait-il travaillé aux côtés d’Ali Bongo avec un faux acte de naissance ? © Com. présidentielle

    Ali aurait-il oser se présenter aux élections avec un faux acte de naissance ?

Poster un commentaire