HABANA

 

Les ministres en charge des Technologies de l’information et de la Communication (TIC) de la sous-région ont adopté, sans amendements le 24 juin par visioconférence, la méthodologie de priorisation des projets du plan d’action consensuel de déploiement des infrastructures de communication électronique de l’Afrique centrale (Pacdice-AC), en vue de minimiser le coût d’accès à l’Internet.

La CEEAC en quête de souveraineté numérique. © D.R.

 

Les ministres en charge des Télécommunications des pays de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) se sont réunis le 24 juin en visioconférence sous l’égide du Congo, pour valider la méthodologie de mise en œuvre du Plan d’action consensuel de déploiement des infrastructures de communications électroniques de l’Afrique centrale (Pacdice-AC). L’opérationnalisation de ceci permettra entre autres d’augmenter l’accès généralisé à l’Internet haut débit, de réduire les coûts de la connectivité internationale, d’améliorer les performances des services entre États membres et d’accéder à la souveraineté numérique dans la sous-région.

«La tenue de cette réunion devrait donner à la sous-région une impulsion nouvelle à l’accès aux infrastructures et services larges bandes qui sont au cœur de l’économie numérique. Plus de 75% de la population de l’Afrique centrale vivent à plus de 50km de connexion large bande par fibre optique d’où l’absence d’accès généralisé à Internet haut débit qui reste un obstacle important pour que la sous-région exploite pleinement le potentiel de l’économie numérique», a déclaré le ministre des Postes et des Télécommunications du Congo, Léon Juste Ibombo, déplorant le fait qu’en Afrique centrale, une très grande partie du contenu numérique consommé provient de l’extérieur.

Pour ces différents acteurs gouvernementaux régionaux du secteur télécoms, il est temps d’affirmer la volonté d’aller plus loin dans la mise en place d’une infrastructure numérique régionale, inclusive, économiquement viable et techniquement durable et d’accéder à la souveraineté numérique. Occasion pour Léon Juste Ibombo d’exhorter ses homologues de la communauté à ratifier deux instruments pertinents dans l’écosystème numérique, notamment la convention de l’Union africaine sur la cyber sécurité et la protection des données à caractère personnel. Aussi, il les a invités à adhérer à l’Alliance smart Africa, car elle vise à transformer l’Afrique en un marché unique.

Cette réunion a regroupé les ministres de la République du Congo, du Cameroun, du Gabon, du Tchad, du Burundi, de la République démocratique du Congo, de la Guinée équatoriale, de l’Ouganda, de la Centrafrique, de l’Angola et Sao Tomé-et-Principe. Le Pacdice-AC a été adopté le 1er mars 2019 à Kintélé au Congo par les ministres des Télécoms de la CEEAC. Il vise à rattraper le retard qu’accuse la sous-région en matière d’accessibilité au haut débit, causé par la faible mise en œuvre du Central Africa Backbone (CAB).

 
GR
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire