TATIE

La promotion de la qualité, la production, la commercialisation et l’utilisation des semences sera désormais réglementée en République gabonaise. Le Conseil des ministres du 13 octobre a adopté le projet de loi fixant la politique semencière végétale dans le pays.

Le Gabon a fixé sa politique semencière végétale. © D.R.

 

Le Gabon veut booster le développement de l’agriculture pour inverser la tendance de la dépendance alimentaire et à terme, parvenir à l’autosuffisance alimentaire. Dans ce cadre, le gouvernement via le ministère de l’Agriculture a entrepris d’organiser ce secteur en élaborant une politique semencière végétale.

Le projet de loi fixant cette politique a été adopté par le Conseil des ministres du le 13 octobre. Selon le communiqué final de cette réunion, cette loi crée les conditions adéquates à la promotion de la qualité, de la production, la commercialisation et l’utilisation des semences afin d’aboutir à la sécurité alimentaire.

Ce texte, ajoute le communiqué final du Conseil des ministres, vise également la mise en conformité vis-à-vis de la politique semencière en zone Cemac avec la création d’un Conseil national semencier consultatif et un Fonds d’appui au secteur semencier. S’exprimant à ce propos en début d’année 2020, le ministre de l’Agriculture, Biendi Maganga Moussavou, indiquait que «cette politique semencière va permettre d’éviter les écueils eus lors de la phase initiale du programme Graine». Il décrivait un écosystème organisé pour avoir un succès avec à la clé, la création de nouveaux emplois pour accompagner le développement de la filière semencière. Soit, un cadre juridique qui permettra de tenir compte des différentes variétés semencières pour un meilleur rendement du secteur. Du côté du ministère de l’Agriculture, l’on assure que grâce à cette loi, le secteur sera entre «les mains des professionnels qui produiront une semence de qualité pour faire en sorte que la quantité des produits sur le marché puisse augmenter». «Ça permettra d’avoir des semenciers certifiés et par ricochet de bons rendements».

 
GR
 

1 Commentaire

  1. diogene dit :

    Le bilan de l’échec des graines n’est pas encore connu que les semences prennent le relai !

    Le Gabon était auto suffisant alimentaire avant l’arrivée d’Albert Bernard conclusion : c’est lui qui empêche la germi-nation …

Poster un commentaire