Comparé au Cameroun, son principal concurrent dans la sous-région de l’Afrique centrale, au Togo, à la Côte d’Ivoire et au Sénégal, leaders dans le domaine du développement des TIC en Afrique de l’Ouest, le Gabon est un des pays du continent où l’accès à l’Internet est le plus cher. Selon l’enquête du Groupe Cible commandée par le projet eGabon, le pays surclasse le Rwanda, leader continental, en la matière.

Le coût d’accès à internet est plus élevé au Gabon qu’au Cameroun, au Togo, en Côte d’Ivoire et au Rwanda. © Gabonreview

 

Classé parmi les leaders africains (6e en 2017) par l’ICT Development Index IDI, en raison des investissements consentis par le gouvernement dans le développement des TIC, notamment avec la connexion à la fibre optique depuis 2012, le Gabon n’est pas plus généreux à l’endroit des usagers de l’Internet mobile. Bien au contraire. Le rapport d’enquête menée entre 2018 et 2019 par le Groupe Cible à la demande du projet eGabon le présente comme «un pays de paradoxes» sur le plan numérique. Le prix de la connectivité y est un des plus élevés du continent comparé au Cameroun son principal concurrent dans la sous-région de l’Afrique centrale, au Togo, à la Côte d’Ivoire et au Sénégal, leaders dans le domaine du développement des TIC en Afrique de l’Ouest.

Alors que les fournisseurs offrent quasiment les mêmes services dans ces différents pays, au Gabon, les abonnés doivent payer plus cher, et souvent pour une moindre qualité et un volume inférieur. «Une analyse comparative montre qu’à volume égal, les coûts d’accès à Internet  sont plus élevés au Gabon qu’au Cameroun, pareillement pour le Rwanda», leader continental, note ce rapport présenté, vendredi 19 juillet à Libreville.

Au Gabon, l’accès à Internet se fait à partir de 200 francs CFA (20 Mo pour 2 jours avec Gabon Telecom), quand le Cameroun permet à ses abonnés (MTN) d’y accéder à partir de 45 francs pour 10 Mo le jour. Comparativement, avec 200 francs, au Togo, les abonnés (Moov) bénéficient de 60 Mo pour un jour et les Rwandais (Airtel) de 120 Mo pour la même durée.

Au Gabon, le premier Giga (1 Go) n’est accessible qu’à partir de 2500 FCFA pour 3 jours chez Airtel et Gabon Telecom (pass confort), alors que pour le même montant, les abonnés MTN au Cameroun ont 2 Go pour la même durée, et ceux de Moov au Togo 1,7 Go valable 7 jours. Au Rwanda, les abonnés Airtel ont directement accès à 1,5 Go la journée à 1000 francs. À volume égal, ceux du même opérateur au Gabon doivent débourser 4000 francs.

Si le Gabon est un des rares pays où les opérateurs proposent 200 Go (à 90 000 FCFA), l’offre «illimité» pour l’Internet mobile n’est proposée par aucune des deux principales maisons de téléphonie, alors que cette offre est accessible en Côte d’Ivoire à partir de 19 000 franc CFA (30 jours). Mieux, ni Airtel ni Gabon Telecom ne propose une offre intégrant la télévision qui au Cameroun est accessible à partir de 500 franc CFA pour les abonnés MTN (600 Mo pour 1 jour).

Commandée par le ministère de la Communication et de l’Économie numérique, à travers le projet eGabon, l’enquête sur le niveau de satisfaction des acteurs TIC en matière de promotion par le gouvernement de l’économie numérique (phase 2) s’est basée sur 912 personnes cibles, 164 entreprises, dont 128 à Libreville et 36 à Port-Gentil.

 
 

1 Commentaire

  1. moundounga dit :

    Bjr. Morceau choisi “Alors que les fournisseurs offrent quasiment les mêmes services dans ces différents pays, au Gabon, les abonnés doivent payer plus cher, et souvent pour une moindre qualité et un volume inférieur”. Il faut ajouter aussi pour justifier l’injustifiable que la couverture internet n’est même pas totale sur l’ensemble du territoire. Il y à des zones du territoire ou il faut grimper à un arbre loin très loin du centre ville (faut il l’appeler ainsi ?) pour pouvoir communiquer.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW