La famille de Wally a organisé une marche de protestation, le 25 octobre à Libreville, contre les sévices sexuels dont a été victime la jeune fille. Une initiative visant à précipiter l’arrestation du «prédateur sexuel» présumé Alexis Ndouna, actuellement en fuite.

Les parents et les responsables des associations marchant. © Gabonreview

 

Deux semaines après les révélations d’actes sexuels criminels subis par leur fille, la famille Wally est montée au créneau. Elle a initié une marche de protestation, le 25 octobre à Libreville, pour dénoncer les sévices dont leur fille a été victime et, interpeller la justice. A travers cette initiative, à laquelle a massivement participé la société civile, les organisateurs ont également voulu démontrer la gravité de l’acte posé par le présumé coupable Alexis Ndouna, soupçonné d’être atteint du sida.

«Nous ne pouvons plus tolérer ces actes abjects. Nos enfants ne sont pas objets sexuels de pédophiles. Nous interpellons la justice pour que monsieur soit mis aux arrêts», a déclaré une tante de Wally. «Les mandats d’arrêt internationaux oui, mais ils ne suffisent pas. Nous voyons des gens pourtant sous le coup des mandats d’arrêt circuler librement. Il faut aller jusqu’au bout», a affirmé Solange Mabignath.

Présent à la marche, le président du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG) a décrié le laxisme de la justice. «Alexis Ndouna est un prédateur sexuel parmi des milliers. C’est un réseau criminel constitué de députés, ministres, sénateurs et biens d’autres. Ces gens agissent en toute impunité et jouissent du laxisme de la justice. Il faut que ces prédateurs soient arrêtés et mis hors d’état de nuire», a dénoncé Georges Mpaga qui attend se constituer partie civile dans cette l’affaire.

© Gabonreview

La marche a été organisée 48 heures après que procureur de Libreville a lancé un mandat d’arrêt international contre le prédateur sexuel présumé. Actuellement en fuite, Alexis Ndouna a été inculpé pour «proxénétisme, viol sur mineur de moins de 18 ans et mise en danger de la vie ou la santé d’autrui».

«La communication du procureur nous rappelle le bishop Yves Mapakou qui avait abusé d’une mineure dans son église puis a volé des centaines de millions de francs CFA aux Gabonais à travers son affaire BR Sarl. Un mandat d’arrêt international a été lancé à son sujet. Interpol n’a jamais pu ramener cet homme qui a même produit une chanson, assortie d’un clip comme pour narguer les Gabonais, tout en niant les faits qui lui sont reprochés», a rappelé l’un des nombreux volontaires s’étant joints à cette protestation.

Partie du rond-point de la démocratie, la marche s’est achevée devant le palais de justice avec la lecture d’une motion. «Notre sœur, fille Wally vient d’être agressée sexuellement par le pédophile, Alexis Ndouna, criminel multirécidiviste et violeur», a déclaré une des sœurs de Wally. «Considérant le nombre croissant des violences faites aux mineurs, considérant le nombre de violences faites aux femmes ; comme nos mamans, considérant toutes les autres formes d’abus et de violences faites aux personnes vulnérables comme nos mères, considérant que la justice ait été saisie, nous famille de Wally ; associée aux ONG aux autres victimes et la société civile et associations luttons contre toutes ces violences et nous nous disons trop c’est trop! Trop c’est trop ! Il faut que la justice soit faite», a conclu Rosette Otoungah.

 
 

3 Commentaires

  1. Tito dit :

    Quand c’est pour une affaire de moeurs, les autorités sont prompts à autoriser et encadrer ces marches de protestation. Ils deviennent subitement humanistes. Je ne suis pas contre cette initiative mais je déplore le manque de célérité dont a fait la justice aux ordres dans cette affaire sibylline. Les faits remontent au 9 du mois en cours et c’est près de 2 semaines plus tard que le procureur se prononce de façon laconique en émettant un mandat d’arrêt international alors qu’ils ont pris soin de laisser fuir ce délinquant sexuel avéré. Quand c’est pour traquer les opposants et autres activistes, nous assistons à déploiement de force de sécurité armée jusqu’aux dents dans les domiciles d’honnêtes citoyens. C’est tout simplement pathétique!

  2. Tarzang II dit :

    ça,marche de protestation

    ça,marche de protestation?!!

  3. Milangmissi dit :

    Ridicule, ridicule R I D I C U L E c’est ridicule qui a payé tous les tee-shirt distribués ? Vous vous foutez de qui de Wally ? Des Gabonais ? Ou de vous mêmes ?
    Continuez vous mourez tous comme moi d’ailleurs.
    Une bande d’assassins qui viennent s’essuyer les pieds sur le sang de leurs victimes.
    “La corruption des valeurs humanistes a toujours garanti l’impunité des coupables et la condamnation d’innocents.” Souleymane Boel

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW