Le ministère de l’Agriculture a signé, le 15 novembre à Libreville, un accord d’assistance technique avec l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour se doter de données  statistiques fiables  du secteur agricole.

Le représentant de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture FAO, Helder Muteia, signant l’accord avec le président de la Commission nationale des travaux d’intérêt public pour la promotion de l’entreprenariat et de l’emploi (CNTIPPEE), le 15 novembre. © Gabonreview

 

Pour améliorer sa politique agricole, le Gabon souhaite se doter de données statistiques fiables, issues d’un recensement général dans le secteur agricole. Pour  atteindre cet objectif, le ministère de l’Agriculture a signé, le 15 novembre à Libreville,  un accord de fourniture des services  d’assistance technique avec l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Cet accord marque, selon le ministre de l’Agriculture, une «étape importante d’autant qu’il marque la mobilisation de l’expertise de la FAO, afin de permettre au Gabon de disposer des données statistiques sur l’ensemble de la cartographie claire et évolutive de son l’environnement agricole », a estimé Biendi Maganga Moussavou.

Ce recensement dont le lancement sera effectué dans les prochains jours, est financé par le Banque mondiale pour une enveloppe globale de 2 millions de dollars, soit 1 milliard 159 millions de francs CFA.

Il est question pour Gabon de collecter des données statistiques sur la cartographie de l’agriculture, à travers la Commission nationale des travaux d’intérêt public pour la promotion de l’entreprenariat et de l’emploi (CNTIPPEE), avec l’assistance technique de la FAO. Ces données permettront au gouvernement de mieux planifier les politiques agricoles. Une démarche dont s’est félicité le représentant de la Banque mondiale. «D’autant que le Gabon a pris l’engagement de faire de la statistique un outil de pouvoir», a déclaré Alice Ouédraogo.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga

 
 

1 Commentaire

  1. Aimée VERTUEUX-BLISSON dit :

    Soutien de la FAO pour des statistiques agricoles fiables d’accord, mais est-ce la raison pour laquelle la FAO méprise l’expertise gabonaise, au point de s’accaparer tous les postes majeurs dans l’organisation de ce recensement ? Les experts gabonais sont écartés des postes de superviseurs, de responsable de la communication, de chargé de l’évaluation,…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW