Augmenter les investissements directs étrangers, faire progresser le pays dans le classement Doing Business et surtout vendre davantage la destination Gabon… Telles sont les orientations données par le nouveau ministre de tutelle à l’Agence nationale de la promotion des investissements (ANPI-Gabon), le 24 juin à Libreville.

Jean-Fidèle Otandault et sa ministre déléguée échangeant avec Gabriel Ntougou, le 24 juin 2019 à Libreville. © Gabonreview

 

Séance de travail de Jean-Fidèle Otandault à l’ANPI, avant la visite des différents services. © Gabonreview

Pièce maîtresse de la politique gouvernementale en matière de promotion des investissements et exportation, l’Agence nationale de la promotion des investissements (ANPI-Gabon) a reçu son nouveau ministre de tutelle, le 24 juin à Libreville. À la tête d’une délégation des membres de son cabinet, Jean-Fidèle Otandault a donné des orientations claires pour doper les investissements directs étrangers au Gabon.

«Notre objectif est clair. Nous avons reçu une lettre de mission du Premier ministre qui souhaiterait que nous augmentions les investissements directs étrangers. À l’heure actuelle, ceux-ci sont évalués, en stock, à peu près à 9,7 milliards de dollars. Notre objectif est de les augmenter, allez chercher des points de croissance. À travers le monde, il a été prouvé que vous avez la croissance grâce aux Partenariats publics privés et les investissements directs étrangers. C’est la mission qui a été assignée au ministère dont je suis le responsable aujourd’hui», a déclaré le ministre de la Promotion des investissements.

Grosso modo, Jean-Fidèle Otandault souhaite que l’APNI s’active à augmenter les investissements directs étrangers,à faire progresser le pays dans le classement Doing Business et surtout à vendre davantage la destination Gabon. Pour le directeur général de l’ANPI, ces orientations sont en phase avec le Plan de relance de l’économie.

«Des secteurs stratégiques ont déjà été identifiés et sous les orientations du ministre, nous allons lancer la machine», a assuré Gabriel Ntougou. Lors de sa réunion de prise de contact avec ses nouveaux collaborateurs, Jean-Fidèle Otandault a souhaité plus de fluidité et rapidité dans le processus d’investissements étrangers dans le pays. Un aspect sur lequel l’ANPI dit être à pied d’œuvre.

«Il existe déjà des dispositifs allant dans ce sens, notamment le Haut conseil pour l’investissement. Et le ministre l’a très bien précisé, il s’agit de donner plus d’énergie à cette plateforme d’échanges et de dialogue public-privé, rassurer les investisseurs, car c’est eux qui prennent les risques. Il est important que notre administration redouble d’efforts pour faciliter davantage l’entrée des investisseurs et la mise en place de leurs opérations», a conclu le patron de l’ANPI.

L’ANPI est la jonction entre l’ensemble des acteurs économiques contribuant à l’essor du pays et le gouvernement. En plus d’assister le gouvernement dans la mise en œuvre de sa politique en matière de promotion des investissements, cette structure accompagne également la création d’entreprises et le développement des entreprises et l’aide les promoteurs en jouant un rôle déterminant dans les partenariats publics-privés.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW