L’assemblée générale ordinaire de la Fédération gabonaise des sociétés d’assurance (Fegasa), réunie le 21 mai dernier, a adopté un budget prévisionnel au titre de l’année 2019 de 253 millions de francs CFA, en hausse de 63 millions de francs CFA, par rapport à 2018.

Les membres de la Fegasa en assemblée générale le 21 mai 2019, à Libreville. © Gabonreview

 

Les membres de la Fédération gabonaise des sociétés d’assurance se sont réunis, le 21 mai 2019, en assemblée générale ordinaire au siège de la Fegasa. Les comptes arrêtés au 31 décembre 2018, la proposition du budget prévisionnel de l’exercice 2019 ainsi que le plan d’action 2019-2020 y ont été examinés et adoptés.

Selon les conclusions du rapport annuel présenté au cours des travaux, le marché gabonais des assurances a enregistré en 2018, une baisse de son chiffre d’affaires à 98 milliards de francs CFA contre 105 milliards de francs CFA pour l’exercice précédent. Une tendance baissière se rapportant au contexte économique morose que traverse le pays.

« Depuis plus de trois ans, ce marché peine compte tenue de la situation économique globale. Ce qui démontre à suffisance que ce secteur, comme tous les autres, rencontre les mêmes difficultés, en plus de la pression fiscale qui s’exerce de plus en plus sur les acteurs de notre marché », a regretté le président de la Fegasa, Crépin Andrew Gwodog, tout de même confiant quant à l’éclaircie progressive sur le plan économique devant permettre de retrouver les sentiers de la croissance.

Au compte de l’exercice 2019, le budget prévisionnel de la Fegasa a connu une hausse de 63 millions de francs CFA, soit 253 millions de francs CFA contre 190 millions de francs CFA en 2018. De l’avis des membres de fédération, cette augmentation se justifie par l’organisation en 2020 de la 44e édition de la Fédération des sociétés d’assurance de droit national africaines (Fanaf) par le Gabon.

 « La réussite de cette manifestation nécessite que l’ensemble des acteurs du marché : sociétés d’assurance, courtiers, régulateur national et régulateur supranational y compris l’Etat mettent la main à la poche pour réserver le meilleur accueil possible et une organisation parfaite de cet événement que le Gabon a l’honneur d’accueillir en février 2020 », a expliqué le président de la Fegasa.

Au titre des perspectives de 2019, les acteurs du marché gabonais des assurances entendent poursuivre la mise en place d’un certain nombre d’instruments visant l’amélioration de la cadence des règlements de sinistre particulièrement dans la branche automobile. Notamment, une convention d’indemnisation entre sociétés d’assurance ; du fonds des garanties automobiles ; du pool des assurances de transport public de voyageurs (TPV).

« Ce sont là des outils qui ne visent qu’un seul objet, de payer le sinistre le plus rapidement possible, parce que comme vous le saviez, il est un certain nombre de récriminations qui sont faites à notre secteur et nous avons pris conscience de cela, que nous devons améliorer notre relation avec nos assurés », a assuré Crépin Andrew Gwodog.

Outre les activités liées au secteur non-vie, la Fegasa prévoit de s’attaquer à l’amélioration de la branche vie, avec l’organisation d’une formation des ressources en assurance vie, en collaboration avec les courtiers. « L’assurance vie doit également se développer comme l’assurance non vie et amener les Gabonais à se rendre compte qu’aujourd’hui, la problématique de la retraite complémentaire se pose avec acuité et c’est maintenant que les actifs doivent être amenés à s’intéresser à constituer un capital dont ils pourront avoir besoin lorsqu’ils feront valoir leurs droits à la retraite » a conclu Crépin Andrew Gwodog.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW