Chinese State Construction Engineering Corporation (CSCEC) a accepté la résiliation du marché de réhabilitation de l’axe PK12-PK105. L’entreprise chinoise a demandé au gouvernement, le 20 août, d’être indemnisée pour couvrir ses pertes.

Après la résiliation du marché de réhabilitation de l’axe PK12-PK105, CSCEC demande à être indemnisée. © frontiermyanmar.net

 

Plus d’un mois après la résiliation du marché de réhabilitation de l’axe PK12-PK105, l’entreprise adjudicataire du chantier est sortie du bois. Dans un courrier adressé au ministère de l’Équipement, le 20 août, Chinese State Construction Engineering Corporation (CSCEC) a demandé à être indemnisée.

«Vu l’impossibilité pour l’instant de la mobilisation du fonds du projet et sans proposition convenable pour les résoudre, nous acceptons la résiliation du marché et vous demandons l’indemnisation pour couvrir nos pertes subies», a indiqué l’entreprise chinoise dans sa correspondance au ministre de l’Équipement. «Nos deux parties pourront concerter à l’amiable les affaires de suivi de cette résiliation, et nous espérons que vous pouvez accélérer la confirmation contradictoire des travaux réalisés, du personnel et des matériaux mobilisés», a poursuivi CSCEC.

Alors que le ministère de tutelle a justifié sa décision par le «non-respect des engagements contractuels» de l’entreprise adjudicataire, celle-ci préfère jeter l’anathème sur le gouvernement. «Nous attendions avec impatience la mise en application des décisions prises au cours de la séance de travail multilatérale tenue à la Primature au 14 mars 2019», a indiqué l’entreprise chinoise.

Lors de cette réunion, en effet, les deux parties avaient convenu du paiement du reliquat de l’avance du démarrage s’élevant à 10,3 milliards de FCFA, par le gouvernement gabonais. À cela s’ajoutait la reprise des travaux par l’entreprise dès la réception dudit reliquat et la mise en place d’un comité de financement du projet. «Cependant, le marché s’est terminé avec une résiliation», a déploré CSCEC.

Signé en avril 2018, le chantier de réaménagement de l’axe PK12-PK105, sur la Nationale 1, devait s’achever en février 2020. Un chantier estimé à 95 milliards de francs CFA. Prise en juillet, la décision de résiliation du contrat a été notifiée à l’opérateur chinois, le 9 août. Selon le gouvernement, les travaux n’ont été réalisés qu’à 5% hauteur de 5%, faute de financement.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW