Le secteur bancaire gabonais a connu une embellie au 31 mars 2019, avec une progression de 11,1% du total agrégé des bilans des banques, soit 2688,5 milliards de francs CFA contre 2420,3 milliards, un an plus tôt. Cette évolution est essentiellement liée à la hausse des dépôts de la clientèle (+11,5%) et à celle des capitaux permanents (+16,9%).

Le secteur bancaire gabonais a connu une embellie au 31 mars 2019, avec une progression de 11,1% à 2688,5 milliards de FCFA du total agrégé des bilans des banques contre 2420,3 milliards un an plus tôt. © D.R.

 

Dans sa note de conjoncture sectorielle de fin mars 2019, la direction générale de l’économie et de la politique fiscale (DGEPF) a dressé le bilan du système bancaire gabonais, composé de 8 établissements en activité au premier trimestre 2019, contre 10 à la même période un an auparavant. Selon la DGEPF, le bilan agrégé des bilans des banques a progressé́ de 11,1%, soit 2688,5 milliards de francs CFA contre 2420,3 milliards au 31 mars 2018.

Le taux de couverture des crédits par les dépôts s’est amélioré, passant de 134% au 31 mars 2018 à 145,9% en mars 2019. Par ailleurs, les créances en souffrance ont diminué de 0,8% et représentent 227,9 milliards de francs CFA. «Cette évolution est essentiellement liée à la hausse des dépôts de la clientèle (+11,5%) et à une hausse des capitaux permanents (+16,9%)».

De manière détaillée, les ressources collectées par le secteur bancaire gabonais se sont consolidées de 11,5% et se chiffrent à 2 066,4 milliards de francs CFA au premier trimestre 2019. Cette progression est due à la hausse simultanée des dépôts à vue de 10,7% qui ont généré 1 236,7 milliards de francs CFA. Les dépôts à terme se sont établis à 698,3 milliards de francs CFA en mars 2019 contre 641,7 milliards en mars 2018, soit une hausse de 8,8%.

S’agissant des crédits distribués, la DGEPF relève une augmentation de 3,2%, soit 1 565,4 milliards de francs CFA contre 1 516,4 milliards un an auparavant. Ce segment est impacté essentiellement par la hausse des crédits au secteur privé. En glissement annuel, les crédits octroyés au secteur privé se sont consolidés de 9,7% à 1 059,4 milliards de francs CFA en mars 2019. Ils représentent 67,7% du total des crédits contre 63,7% en mars 2018.

Pour ce qui est des crédits octroyés aux administrations publiques, ceux-ci ont baissé de 5,2% à 420,3 milliards de francs CFA au premier trimestre 2019, représentant 26,8% de l’ensemble des crédits bruts distribués. Les crédits consentis aux entreprises publiques, soit 0,9% du total des crédits bruts, ont régressé de 23,5% à 13,7 milliards de francs CFA à fin mars 2019 contre 17,9 milliards un an auparavant.

La DGEPF note également un relèvement des opérations de crédit-bail dont l’encours s’enlève à 15,6 milliards de francs CFA en mars 2019 contre 11,4 milliards un an plus tôt.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW