L’année universitaire 2019-2020 pourrait se passer hors des amphithéâtres et des laboratoires de recherche pour les étudiants gabonais en France. Leurs allocations d’études ne sont pas encore parvenues à Campus France, alors que la période des inscriptions et réinscriptions est ouverte depuis des semaines.

© Gabonreview/Shutterstock

 

Année universitaire en pointillé pour les étudiants gabonais de France. Alors que les inscriptions dans les universités et grandes écoles sont ouvertes depuis des semaines, des milliers de compatriotes ne sont pas sûrs d’intégrer les amphithéâtres et les laboratoires de recherche cette année. La raison : leurs allocations d’études ne leur ont pas encore été versées. Il s’agit, précisent des sources concordantes, des mois allant de septembre à décembre 2019.

Pourtant, le 3 septembre dernier, l’Agence nationale des bourses du Gabon (ANBG) avait informé les étudiants de ce qu’elle avait effectué auprès de Campus France le mandatement des fonds liés au paiement des allocations du mois de septembre, octobre, novembre et décembre de l’année courante. Si l’information relayée par la Fédération des étudiants gabonais de France (Fegaf) avait été bien accueillie, plusieurs semaines après, il s’avère que celle-ci n’a pas encore été suivie d’effet. Ayant cherché à rentrer en contact avec lui, le Responsable de la zone Europe reste injoignable. Toutefois, des sources à l’ANBG confirment que l’argent n’a pas encore été viré à Campus France, notamment pour les inscriptions et réinscriptions de cette année.

En France, les cours ont repris depuis le début du mois courant, et le délai des inscriptions et réinscriptions arrive à échéance le 30 septembre prochain. Du côté de l’ANBG, aucune information officielle n’a été communiquée sur la question. Ce qui n’est pas pour rassurer les étudiants qui espéraient percevoir leurs bourses au plus tard le 20 septembre, comme promis par Campus France dans un mail envoyé le 10 septembre dernier. Beaucoup gardent tout de même espoir que les allocations soient versées la semaine prochaine.

Selon Campus France, en 2019, plus de 3000 Gabonais ont été inscrits pour poursuivre leurs études supérieures en France, dont environ 1200 sont déjà présents sur le territoire français pour la rentrée 2019. 200 d’entre eux bénéficient d’une bourse ou sont soutenus par un programme de coopération.

 
 

2 Commentaires

  1. Obambalux dit :

    Pas de soucis… L’argent du Gabon est en France versé…

    Pour ceux de la région Parisienne:

    Venez prendre votre argent au: 7 rue de Logelbach 75017 Paris (Metro Malsherbes) +33 1 53 57 66 00
    Demandez à parler ou dites que vous venez prendre de la part de François Perrodo…

    Si vous êtes près du Mans essayez d’attraper François sur le circuit automobile des 24 heures du Mans il y passe pas mal de temps à y bruler le pétrole du Gabon.

    Pour ceux de la région Bordelaise, Sud Ouest et les alentours:

    Venez prendre votre argent au château Labegorce: 1 Rue de Labegorce, 33460 Margaux +33 5 57 88 71 32
    Demandez à parler ou dites que vous venez prendre de la part de Nathalie Perrodo… (c’est la sœur de François)

    S’il y a un problème demandez à parler à leur mère Carie, c’est elle la véritable patronne du chéquier.

    Pour tous les autres vaut peut être mieux aller à l’adresse de Paris.

    Si vous ne savez pas pourquoi vous pouvez aller prendre à ces deux adresses, sachez une chose… François, Nathalie, Bertrand et leur mère Carie Perrodo eux savent pourquoi ils doivent donner et ils vous donneront VOTRE argent…

    A la louche en ce moment avec le baril autour de 60 dollars, ils font un chiffre d’affaire d’environ 1300 milliards de Francs CFA par an au Gabon. Soit environ les 2/3 du budget officiel de l’état gabonais à eux seul!

    Ces gens ont des milliers de milliards dans leurs comptes bancaires grâce au Gabon. Ils ont débuté dans le pétrole au Gabon. C’est à eux qu’il faut s’adresser pour le cadeau d’école 2019-2020…

    Bien sur vous avez reconnu la société ?

  2. Jean jacques dit :

    Le pbme du gabon c’est pas la France c’est nous meme regarder une capitale qui devrait etre moderne l’afrique n’a pas 50 ans d’independance mais le pays bien construit. Ce libreville on dit aux chinois et singapouriens de nous construire ce petit pays en moins de 20ans le pays change. Le chômage fait mal on bloque les recrutements pour des fausses raisons et l’argent va dans les poches des ministres.senateurs et deputés sans oubier les pdts des ‘Institutions.les petites bourses on n’a duwmal a payer correctement.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW