Pour sa première édition, le Campus rural initié par l’association Lozo Avenir a permis aux habitants du village Lipaka II, situé entre Moanda et Lastourville, de bénéficier d’une bibliothèque pour les jeunes et d’une formation à l’entrepreneuriat pour les adultes.

Macy Ilema, la marraine de l’association Lozo Avenir, en compagnie d’un habitant de Lipaka II. © D.R.

 

Moments de partage entre les villageois et des membres de Lozo Avenir. © D.R.

Présenté par Macy Ilema, comme «un espace de formation technique visant à faciliter les activités sociales et économiques durables au profit des populations de l’arrière-pays», le premier Campus rural a eu lieu cette année à Lipaka II, un petit village situé entre Moanda et Lastourville. Organisée par l’association Lozo Avenir dont la chanteuse est la marraine, l’initiative a permis aux jeunes apprenants dudit village de bénéficier, en juin, d’une dotation en livres et en manuels scolaires. «Nous avons souhaité mettre en place, non pas une bibliothèque itinérante, mais une qui appartienne au village Lipaka II, parce qu’il s’y trouve une école et des apprenants pour qui il était difficile d’avoir des ouvrages inscrits au programme scolaire», raconte la marraine de Lozo Avenir.

Au cours de ce campus, il s’est également agi pour les initiateurs d’«apporter leurs savoirs aux habitants du village, notamment dans le domaine de l’entrepreneuriat». «Il s’agissait, précise Macy Ilema, de voir l’entrepreneuriat sous le prisme de l’activité commerciale que certains villageois pratiquent. Nous leur avons donné des rudiments pour les aider à développer leur petit commerce et à faire de l’épargne pour assurer leurs arrières.»

Si pour ses initiateurs le principal objectif du Campus rural est de «donner des outils aux populations rurales, qui débouchent sur la création des activités génératrices de revenus», le choix de cette 2e édition s’est porté sur Lipaka II, du fait de l’«extrême pauvreté» des habitants de ce village, en majorité des peuples autochtones (pygmées).

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW