Les 105 agents de l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI), mis en chômage technique, ont fixé un ultimatum à leur direction générale. Ils entreront en grève le 6 novembre, s’ils n’ont pas toujours perçus leurs «droits légaux et bonus de départ».

Les 105 agents de l’ANGTI, mis en chômage technique, menacent de rentrer en grève le 6 novembre 2019. © D.R.

 

Après l’accalmie observée depuis septembre, les 105 agents de l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI), mis en chômage technique, vont de nouveau donner de la voix. Ces derniers viennent de menacer de reconduire leur mouvement d’humeur, le 6 novembre, face à la léthargie sur le paiement de leurs droits.

«On va clairement  reprendre le piquet de grève à partir du 6 novembre, s’il n’y pas d’avancées. C’est une certitude», a annoncé le délégué du personnel à l’ANGTI. «On va laisser à la hiérarchie jusqu’au 5 novembre afin qu’elle réagisse. Si rien n’est fait, on sera obligé de reprendre le mouvement. Parce qu’aujourd’hui, on passe des moments compliqués», a déclaré Michael Aworet Azizet dans Gabon Matin du 4 novembre.

Plombée par de sérieuses difficultés obérant son fonctionnement, l’administration en charge de la réalisation des grands travaux de l’État a décidé, le 10 juillet, de mettre 50% des effectifs en chômage technique. Contestant cette décision, les salariés ont laissé éclater leur colère. Après trois mois de grève, les agents ont suspendu leur mouvement en septembre après la promesse de paiement, par la direction générale, de leurs «droits légaux et bonus de départ». Alors que l’échéance de paiement a été fixée 30 octobre, rien n’a été fait.

«N’ayant pas vu les comptes bancaires crédités à cette date, nous sommes venus ce matin (le 30 octobre 2019, ndlr) pour demander ce qui n’allait pas (…) Le directeur général nous a confié qu’il est en train de chercher des solutions. Mais jusqu’à présent, rien n’est encore fait», a regretté Michael Aworet Azizet. Cette situation est révélatrice des difficultés de la «puissante» ANGTI, dont certains pensent qu’elle flirte dangereusement avec la banqueroute.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW