Sans dire exactement quand démarreront les travaux, le Premier ministre a annoncé, mercredi, que la décharge de Mindoubé, en état de saturation depuis plusieurs années, trouvera une solution définitive par la mise en œuvre d’actions ciblées, en commençant par le déplacement des populations vivant à proximité.

Vue de la décharge de Mindoubé, le 17 juillet, 2019. © Mairie de Libreville

 

Julien Nkoghe Bekale, Arnaud Calixte Engandji-Alandji, Arsène Nkoghe et Léandre Nzué à la décharge, le 17 juillet 2019. © Mairie de Libreville

Présentée par la direction générale d’Averda, il y a quelques mois, comme «une bombe à retardement» à cause du taux d’hydrogène qu’elle renferme, la décharge de Mindoubé pourrait connaître quelques travaux pour pallier sa saturation. C’est du moins la promesse faite par Julien Nkoghe Bekale, mercredi 17 juillet, à la faveur d’une visite de terrain effectuée en compagnie de Léandre Nzué, le maire de la commune de Libreville. Seulement, ces travaux ne risquent pas de démarrer bientôt, d’autant que le Premier ministre n’a pas précisé leur date de lancement.

Sa présence sur le terrain répondait simplement à l’invite qui lui a été faite par l’édile «pour voir les travaux qu’il est en train de réaliser pour essayer de régler de manière partielle et provisoire cette préoccupation majeure». Le chef du gouvernement n’estime pas moins qu’«il faut qu’on trouve une solution définitive» à ce qu’il a présenté comme un «problème», notamment pour les populations vivant à proximité.

Aussi, les travaux voulus par Julien Nkoghe Bekale passeront-ils par «le déplacement des populations environnantes [et] la construction d’une usine de valorisation des déchets». Seulement, ce n’est pas la première fois que le gouvernement fait de telles annonces sur le même sujet. Le point de dépotage de Mindoubé est arrivé à saturation depuis plusieurs années. Il était déjà question de trouver un autre lieu pour la décharge des ordures ménagères de la capitale. En avril 2018, l’État gabonais et le groupe espagnol Actuatech semblaient avancés dans leurs discussions pour la construction de deux usines de traitement d’ordures ménagères, dont une à Libreville et une autre à Port-Gentil. Après deux réunions de travail à la présidence de la République, le projet aurait-il été enterré ?

 
 

1 Commentaire

  1. EHYA O.R dit :

    La décharge de Mindoubé. Un problème qui dure depuis des années sans que personne ne trouve de solution à cela. Comment comprendre qu’avec tous les conseillers en TP et autres, aucune initiative n’ai été entreprise pour résorber cette bombe à retardement. Est-ce de la compétence du PM ou du Maire de Libreville pour avancer sur ce projet?…. GR à bien fait de titrer ” une nouvelle promesse” j’aurais écrit “la promesse de trop”….

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW