Cette année, les ministères, autorités administratives et autres institutions constitutionnelles sont soumis à un nombre précis d’agents, conformément au budget qui leur est alloué. L’État ne paiera les salaires que pour 102 079 agents.

En 2019, l’Etat ne paiera les salaires que pour 102 079 agents publics. © D.R.

 

En 2019, pas question de vivre au-dessus de ses moyens dans le public ! Chaque administration est désormais soumise au strict respect des directives contenues dans le Projet de Loi de finances (PLF) 2019, adopté en décembre dernier par le Sénat, notamment en termes d’emplois. Dans ce document, il est fixé des «plafonds d’autorisations d’emploi des ministères, des autorités administratives et des institutions». L’État gabonais n’est disposé à payer les salaires que pour 102 079 agents au total cette année.

La masse salariale indexée à ces effectifs est par ailleurs fixée à 672 760 000 000 F CFA. Les 27 départements ministériels répertoriés sont plafonnés à 97 844 agents au total, pour une masse salariale globale de 630 796 467 579 F CFA. Les plafonds d’autorisations d’emploi pour les autorités autonomes et les institutions constitutionnelles sont, quant à eux, fixés à 4 235 agents répartis entre les 18 entités répertoriées. Leur masse salariale globale autorisée est de 41 963 532 421 F CFA.

Si l’Etat peut concéder à certains établissements publics et assimilés une hausse de leur masse salariale cette année, c’est seulement à une condition : que ceux-ci fassent «la preuve de leurs capacités à autofinancer durablement pendant au moins quinze ans, l’augmentation des charges de personnel induite par de nouveaux recrutements ou la revalorisation de leur grille salariale».

Aussi, ces établissements sont-ils «tenus de déclarer auprès des services du ministère en charge du Budget, le bilan et les résultats prévisionnels sur une période de cinq ans au moins, et les états des dépenses de personnel», indique la Loi de finances 2019 en attente de validation par la Cour constitutionnelle. Ces différentes mesures entrent dans le cadre du Plan de relance économique (PRE) censé arriver à échéance en 2019. Elles font également suite au recensement des agents de la Fonction publique réalisé en 2018.

 
 

1 Commentaire

  1. Ikobey dit :

    Trop de fonctionnaires tuent la fonction publique.
    Il faut rentrer dans le 21e siècle, la réduction du nombre de fonctionnaires
    est une nécessité. Il est temps de se moderniser si nous ne voulons pas être étouffé par le mammouth.
    L’utilisation de l’intelligence artificielle, la robotisation doivent être les outils à maîtriser sinon nous resterons à la remorque de l’histoire.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW