Entre l’annonce de l’augmentation du prix des transports urbains pour répondre à la hausse des prix des carburants à la pompe et la grève illimitée décrétée à Sogatra dans l’attente du règlement des arriérés de salaires des agents, les piétons gabonais, particulièrement ceux de Libreville, auront des difficultés à se déplacer dès ce lundi 24 juin.

Les taxis seront plus chers dès le 24 juin, en réaction à la nouvelle hausse des prix des carburants à la pompe. © 4.bp.blogspot.com

 

Les jours qui viennent ne seront pas faciles pour les piétons du Gabon, particulièrement pour ceux de Libreville et d’autres grandes villes du pays. À défaut d’effectuer leurs déplacements à la marche, ils seront tenus, dès ce lundi 24 juin, de payer un peu plus cher pour emprunter les transports en commun. Ce week-end, la Coalition nationale des syndicats du secteur des transports (Conasytra) a décidé de multiplier jusqu’à deux le prix des trajets.

«À partir du lundi 24, sur chaque ligne qui part d’un point A à un point Z, les tarifs vont augmenter de 100 francs. Plus précisément, les lignes où (la course) c’est 100 francs, à partir de lundi, c’est 200 francs. Là où c’est 200, à partir de lundi c’est 300», a expliqué Jean-François Matsougou, porte-parole de la Coalition.

Si les transporteurs se défendent de faire de la surenchère, c’est qu’ils disent répondre à la nouvelle hausse des prix des carburants à la pompe intervenue au début du mois courant. Les négociations avec le gouvernement semblent ne pas avoir abouti.

Sogatra ne servira pas de «béquille» !

Si certains ont vite fait de penser que Sogatra pourrait permettre de contourner la difficulté créée par les transporteurs urbains et suburbains, il n’en sera rien. Ce vendredi 21 juin, les agents de la société de transport public ont décidé d’une grève illimitée. Ils réclament le paiement d’arriérés de salaires.

«Nous revendiquons tellement de choses, mais en particulier le paiement de nos 7 mois d’arriérés de salaires», justifie Rodrigue Tsanga, porte-parole du Syndicat des acteurs du transport terrestre.

Selon les agents, la direction générale leur devrait encore 5 mois de salaires de l’exercice 2018, en dépit de l’ordonnance de paiement signé par le ministère du Budget l’an dernier. A cela s’ajoute les mois de janvier et février 2019. L’argent serait «bloqué par le Trésor public».

En 2018, les arriérés de salaires à Sogatra s’élevaient à plus de 2 milliards de francs. Près de 100 agents sont concernés par ces retards de paiement. Aussi, préviennent-ils qu’aucun bus ni taxi-compteur ne circulera si leur principale revendication ne trouve pas satisfaction.

 
 

2 Commentaires

  1. MINTSA-MI-NDONG Aubert dit :

    Le Gabon mon pays est vraiment en danger on risque même de penser qu’il n’est pas gouverné. En effet, comment comprendre qu’une décision prise par un syndicat puisse être appliquée alors même que le Gouvernement n’y est pas engagé? Si les transporteurs décident de faire grève à cause de l’augmentation du prix de carburant c’est leur droit et une des solutions à ce problème serait l’augmentation du prix de transport mais en concertation et surtout avec l’accord de l’Etat et du Parlement. En l’absence de cet accord du Gouvernement, les transporteurs doivent cesser leur activité et garer leurs véhicules et dans ce cas, les travailleurs dans leur majorité ne se rendront pas à leurs lieux de travail et cela amènera le Gouvernement à réagir car l’absence de travail entraînera inexorablement l’absence de production de la richesse ce que aucun Gouvernement responsable ne peut accepter.

  2. Voilà dit :

    Ceci ressemble bien à une filouterie. Parce que, si c’est pour réagir à l’augmentation du coût du carburant, les transporteurs devraient augmenter jusqu’à une hauteur équivalente. Si l’essence a augmenté de 45 francs, le coût du transport devrait monter en conséquence de 45 ou, pour faciliter les transactions, jusqu’à 50 francs. Pourquoi aller tout droit à 100 et on n’entend aucune réaction officielle ? Le Gabon donne l’air d’être effectivement en danger devant un tel silence assourdissant…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW