Le 28 mars, après l’élimination du Gabon en Coupe d’Afrique des nations 2019, Daniel Cousin a été évincé de son poste. Dans une interview sur So foot le 12 avril, l’ancien sélectionneur a regretté cette éviction. Il a notamment dénoncé les intrigues dont il était victime, le manque de sérieux de dirigeants, l’indiscipline des joueurs, mais surtout la non-prise en compte de son projet par Alain-Claude Bilie-By-Nze.

L’ex-sélectionneur des Panthères du Gabon, Daniel Cousin. © Facebook/
Daniel Cousin

 

Deux semaines après son éviction à la tête des Panthères, suite à l’élimination du Gabon aux éliminatoires de la coupe d’Afrique des nations, Daniel Cousin n’est pas tendre avec les dirigeants gabonais.

Par le biais d’une interview sur So Foot publiée le 12 avril, l’ancien sélectionneur du Gabon s’en est pris notamment au ministre de Sports non sans déplorer le climat délétère au sein de la sélection gabonaise, marqué par les intrigues dont il a été victime. «Avec l’attitude de la Fédération et du ministère des Sports, qui ne cessaient de me mettre des bâtons dans les roues, je m’y attendais forcément à mon éviction», a lancé Daniel Cousin.

L’ancien sélectionneur du Gabon regrette le fait de n’avoir pas réalisé le projet «ambitieux» qu’il avait pour l’équipe nationale. «Oui! Je souhaitais mettre en place un projet sportif, en m’inscrivant sur deux ans. Mettre en place un règlement intérieur, ce qui n’a, à ma connaissance, jamais été fait en sélection, afin d’instaurer une vraie discipline. Sur les horaires à respecter par les joueurs pour rejoindre le lieu de rassemblement avant d’aller voir la famille. Je voulais aussi organiser plus régulièrement des stages avec les locaux, créer une école de gardiens de but. Et pour la sélection A, professionnaliser les choses, pour les stages, notamment».

Selon Daniel Cousin, ce projet a été remis à Alain Claude Bilie-By-Nze en janvier. «Il ne m’en a jamais parlé. Quand j’ai voulu évoquer le sujet avec lui, il m’a dit qu’on devait régler les choses à propos de mon contrat et de mes salaires. En gros, que c’était l’un ou l’autre», a déclaré l’ancien sélectionneur.

Concernant l’élimination du Gabon aux éliminatoires de la Can, Daniel impute celle-ci aux dirigeants n’ayant pas voulu débloquer les moyens. «J’avais demandé certaines choses. Aller voir les joueurs en Europe. On m’a répondu qu’il n’y avait pas de moyens. Je souhaitais organiser le stage de préparation au Rwanda pour des raisons climatiques, vu que ce pays dispose d’un centre technique de qualité, avec un terrain synthétique, comme celui de Bujumbura. J’avais fait un budget global de 25 millions de francs CFA environ (38 000 €). Je n’ai reçu aucune réponse. Du coup, on s’est préparé à Libreville», a-t-il déploré, regrettant  que le vice-président de la République et le ministre de Sports aient retardé le déplacement des joueurs sur Bujumbura.

Daniel Cousin s’est également prononcé sur les l’arrivée tardive en sélection d’Aubameyang, la présence de Pierre Obaume ainsi que ses deux fils Catalina et Willy dans l’avion affrété pour l’équipe. Tout cela résulte selon Daniel Cousin, «sans doute d’accords entre lui et le ministre».

Interrogé sur le paiement de son salaire, Daniel Cousin attend le règlement de l’intégralité de ce qu’il doit percevoir. «J’ai récupéré une partie de mes salaires de manager de la sélection. J’attends le reste», a-t-il lancé.

 
 

8 Commentaires

  1. Mon frère Daniel,j’espère que tu pourras maintenant comprendre l’amateurisme dénoncé par Pierre Emerick Aubameyang sur le football du ministère et sa fédération.

  2. Cyr dit :

    Cousin tu parles de quoi? A quoi t’attendais-tu en acceptant ce poste maudit?D’ailleurs n’as-tu pas pu discerner les difficultés auxquelles tu devais faire face rien qu’à partir de la façon dont tu as été nommé à ce poste? Pauvre Cousin! c’est comme ça quand on travaille avec les putschistes qui n’ont aucun projet positif pour cette nation.Support frangin,ça va aller!!!

  3. Okoss dit :

    Griffin,
    Maintenant que Cousin à été débarqué comme un malpropre et portant le bougre a démontré tout son patriotisme, je suis d accord avec toi que les Aubame et autres anciens quittent la sélection.
    Libre à vous de composer avec des jeunes loups qui sont prêts à se sacrifier dans rien demander

  4. Jeanne d'Arc Mengouang M'Owone dit :

    Franchement, c’est pathétique ce que dit Daniel Cousin. Le père d’Aubameyang a refusé la sélection, lui, il a couru et sauté sur l’occasion. Maintenant, il raconte les sottises. La faute à qui s’il n’a pas pu s’imposer comme sélectionneur de l’Equipe nationale? C’était connu de tous et de lui en premier que s’il ne qualifiait pas les Panthères, il dégageait. Il ne les a pas qualifié et il voulait rester? Il accuse les gens. Bon Dieu! Essayez d’être logiques avec vous-même Cousin. Pourquoi toi le sélectionneur as-tu laissé monter les parents d’Aubameyang dans l’avion? Tu parle d’un arrangement, non, moi je dis que tu n’avais pas d’autorité. Tu aurais dû leur dire qu’avec tout l’argent qu’ils ont qu’ils se prennent des places dans des avions privés. Mais tu t’es tu pour venir après te répandre. Crois-tu que cela est possible en équipe du Cameroun que Samuel Eto’o monte dans l’avions avec ses parents ou qu’en Côte d’Ivoire Drogba y soit avec ses parents? Tu n’avais juste pas le niveau et on l’a vu durant les entrainements. Quelqu’un d’autre travaillait à ta place. Retrourne te former, commence l’entrainement par le petit niveau avant de prétendre à une grande équipe. Les Panthères, ce n’était pas ton niveau.

  5. supporteur panthères dit :

    M. Cousin vous avez mis en lumière les problèmes qui rongent le football gabonais. Aubameyang ne mérite pas d’être le capitaine de cette sélection. Quand la tête est pourrie, le reste du corps suit. Bon courage pour la suite et merci d’avoir apporté un peu de rigueur à cette équipe. Vous comprenez donc que le mal est profond et qu’avec de tels dirigeants, il n’est pas possible de réussir qqchose.

  6. Djo dit :

    Je suis écoeuré de savoir que beaucoup de personnes mettent la faute sur Daniel.Mais sachiez que l’existence de sempiternelles problèmes en amont liés à l’audit au sein de l’équipe nationale à savoir la gestion des joueurs, leur vie,leur carrière, leur performance dans les championnats étrangers que locaux,les finances de l’équipe je vais dire l’épineux problème le lobbying de OBAME père sur la fédération et et le sélectionneur, l’absence des structures adéquates pour la préparation des grandes rencontres sont autany des difficultés qui conduisent en aval à l’échec. Et de ma part c’est très injuste de rejeter la faute à une seule personne.soyons donc partial lorsqu’on veut dire la vérité malgré nos affinités.

  7. moundounga dit :

    Bjr. Le foot au Gabon ne pourra décoller que si on fait la différence entre jouer au foot et organiser le football, les deux n’ont pas la même acception. Je m’explique. Votre serviteur a été dans les années 80 à 90 joueurs pratiquants de l’élite du foot gabonais. A l’époque jouer même une mi-temps au stade omnisports était l’apogée pour un jeune joueur. Mais est ce pour autant que je dois m’attribuer des compétences autre que celle de pratiquant de foot. A fortiori un gabonais x qui n’a ni jouer au foot, ni côtoyer les milieux du foot, ni jongler un ballon, ni organiser un tournoi (financer un tournoi est diffèrent de l’organiser)à qui l’ont va confier les rennes d’un foot à l’échelle national. Pour finir, moi je propose que l’appel à candidature qui est mis sur la table pour les postes de DTN et entraineur national le soit aussi à l’échelle hiérarchique. Autrement dit, pour être Ministre des sports ou Président d’une “fédé” il faudrait dorénavant cela aussi. Amen.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW