À l’initiative de Juvenal Roblex Ondo, le 1er maire adjoint, les habitants du 6e arrondissement de Libreville peuvent désormais bénéficier de cercueils à prix réduit. L’offre s’adresse essentiellement aux habitants les plus démunis de cette circonscription.

Des cercueils à bas prix dédiés aux populations économiquement faibles du 6e arrondissement. © D.R.

 

Juvenal Roblex Ondo, le 1er maire adjoint du 6e arrondissement de Libreville (à gauche) en compagnie du fabriquant. © D.R.

Une exposition pour le moins particulière a récemment été organisée à Nzeng-Ayong. À l’initiative de Juvenal Roblex Ondo, celle-ci consistait à présenter aux populations du 6e arrondissement une série de cercueils de différents modèles et de couleurs diverses. Des bières ayant une particularité commune : leur prix, présenté comme «le plus compétitif de la ville», voire du pays. En effet, «au-delà des cercueils [présentés aux populations se cache] un impact social», explique le 1er maire adjoint.

«Élu local, je me dois d’apporter ma modeste contribution à la population qui m’a élu. Je suis allé d’un constat : j’ai été interpelé à plusieurs reprises par les populations économiquement faibles endeuillées du 6e arrondissement, qui m’ont fait part de leurs difficultés à subvenir aux besoins des obsèques, notamment en ce qui concerne l’achat des cercueils», raconte Juvenal Roblex Ondo. L’élu espère donc que son initiative permette de soulager les populations les moins nanties de sa circonscription à la suite de décès dans leurs familles.

«Ces cercueils dont les prix défient toute concurrence permettront aux habitants économiquement faibles du 6e arrondissement d’enterrer leurs parents dans de bonnes conditions» assure-t-il, informant de la signature récente d’une convention de partenariat avec un opérateur économique de la place pour la confection de bières à bas prix.

 
 

1 Commentaire

  1. azerty dit :

    lol

    Ces deux là ne se ressemblent pas …
    … mdr

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW