Trois mois seulement après sa promulgation, le nouveau Code des hydrocarbures gabonais a permis la signature, lundi 28 octobre, de sept contrats d’exploration, d’exploitation et de partage de production (CEPP) entre l’État et quatre compagnies pétrolières internationales.

Noël Mboumba (au centre), Roger Owono Mba (ministre de l’Economie) et Jean-Yves Grall, le 28 octobre 2019, à Libreville. © Gabonreview

 

Moments de la signature des CEPP, le 28 octobre 2019, à Libreville. © Gabonreview

Il n’aura pas fallu longtemps pour que le nouveau Code des hydrocarbures, promulgué en juillet dernier, commence à faire de l’effet auprès des compagnies pétrolières internationales. Présentée par Noël Mboumba, ministre du Pétrole et des Hydrocarbures, comme «un des plus attractifs du continent», la loi n°002/2019 du 16 juillet 2019 a permis la signature, lundi, de 7 CEPP entre l’État gabonais et 4 compagnies pétrolières, à savoir : Assala Upstream Gabon, Assala Gabon SA, Perenco Oil & Gas Gabon et Sinopec Oversas & Gas Limited. Ce qui porte désormais à 9 le nombre de CEPP signés grâce à ce nouveau Code.

Selon les évaluations des entreprises, ces contrats censés durer 25 ans, nécessiteront un investissement minimum de 148 milliards de francs CFA pour l’exploitation et la recherche des hydrocarbures dans le bassin sédimentaire gabonais, informe la Communication gouvernementale. Loin de regretter les opportunités offertes par cette nouvelle signature dans le pays, Jean-Yves Grall, directeur général d’Assala Gabon, assure que cet investissement sera «important» pour son entreprise et pour l’État gabonais.

Parmi les contrats signés, figure celui lié à la mise en valeur du champ Rabi Kunga qui, selon le ministre du Pétrole, «était en 1987 le champ le plus important de l’hémisphère sud en onshore». «La plupart des CEPP signés font l’objet de découverte, précise Noël Mboumba. Nous pensons donc que, grâce aux nouvelles technologies, les entreprises signataires vont pouvoir développer et augmenter le niveau de leur production, tout en permettant d’augmenter nos réserves et nos revenus.»

Trois contrats sur 7 pour Assala

Si les zones délimitées relatives à ces CEPP, situées dans la province de l’Ogooué-Maritime en onshore, couvrent une superficie d’environ 2829,35 Km2 au total, Assala Gabon S.A a été la plus intéressée des signataires. La compagnie a signé trois contrats sur quatre. «En signant ses trois CEPP, analyse la Communication gouvernementale, la compagnie pétrolière Assala Gabon S.A, qui se positionne dans le domaine de la recherche pétrolière au Gabon, permet par cet investissement notamment avec Assala Upstream Gabon dans l’exploration en onshore intensive, la relance du dynamisme et surtout de l’espérance quant à la recherche pétrolière.»

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW