La deuxième édition du Gabon Wood Show s’est ouverte le 24 juin à Libreville. 72 heures durant, cette rencontre va notamment mettre en relation les acteurs de la filière bois pour leur permettre d’exposer leurs produits, faciliter les échanges d’idées et d’informations pour accroître les performances en entreprise ou encore, permettre aux acheteurs et vendeurs de faire des rencontres Be to Be.

Le Premier ministre ouvrant officiellement le Gabon Wood Show, le 24 juin 2019 à Libreville. © Gabonreview

 

Lee White pendant son mot de circonstance. Une vue des officiels et quelques stands d’exposition. © Gabonreview

Principale plateforme de l’Afrique centrale et de l’ouest pour l’industrie du bois et la foresterie, le Gabon Wood Show 2019 s’est ouvert le 24 à Libreville. Organisé conjointement par le gouvernement, Strategic Marketing Exhibitions et Gabon Special Economic Zone (GSEZ), cet évènement de 72 heures est présenté comme une formidable plateforme pour relier les opportunités du bois.

Concrètement, il est question de rassembler tous les acteurs de la filière bois pour leur permettre d’exposer leurs produits, innovations et savoir-faire ; faciliter les échanges d’idées et d’informations pour accroître les performances de leurs entreprises ; permettre l’adoption de nouvelles techniques et trouver des fournisseurs de produits du bois, nouvelles technologies et machines ; et, permettre aux acheteurs en vendeurs de faire des rencontres Be to Be.

«Cette rencontre majeure qui réunit plusieurs exposants, investisseurs, hommes d’affaires et transformateurs de bois, est une vitrine pour le Gabon et l’Afrique centrale. Elle témoigne de la dynamique d’industrialisation de la filière bois, le soutien des efforts de notre pays dans la gestion durable et la valorisation des essences forestières», a affirmé le ministre des Forêts. «La tenue de ce salon est une opportunité pour impulser une dynamique nouvelle et soutenue à la transformation plus poussée du bois, les essences diversifiées des forêts naturelles de la sous-région de l’Afrique centrale», a affirmé Lee White.

Une dynamique en marche des avantages fiscaux et douaniers dont bénéficient les entreprises installées ou en cours d’implantation dans la filière bois, une augmentation constante des opérateurs (86 en 2010 contre 167 en 2018) et leurs productions (280 000 de m3 de bois transformé en 2010 à 1,7 million de m3 en 2019), etc. «En 2018, ce sont près de 900 000 m3 de produits transformés qui ont été exportés vers l’Asie, l’Europe et le Moyen-Orient», a relevé le ministre des Forêts.

Des performances auxquelles Gabon Special Economic Zone (GSEZ) n’est pas étrangère. «La GZES a joué un rôle prépondérant de catalyseur dans cette montée en puissance de la filière bois au Gabon. Grâce notamment à la création en 2011 de la Zerp de Nkok, qui a donné la priorité à l’installation des industries de la transformation du bois. Les performances réalisées au sein de la Zerp sont éloquentes : 108 investisseurs au total venant de 18 pays dont 80 dans le secteur du bois s’y sont installés», a indiqué Olivier Ngoma de GSEZ.

Selon lui, les exportations de la Zerp représentent à elles seules 40% du total des exportations de tout le pays en dehors du pétrole et des mines. «5000 emplois ont été créés dont 80% sont occupés par des jeunes gabonais. Nous ambitionnons mettre un accent sur la formation en donnant l’opportunité à 10 000 d’entre eux d’être formés dans les métiers du bois», a ajouté le représentant de GSEZ.

Si le dynamisme dans le secteur est certain, le gouvernement gabonais a cependant reconnu le tissu industriel national de transformation est encore dominé par les unités de première transformation. Occasion saisie par Lee White pour inviter les investisseurs dans la deuxième et la troisième transformation de bois à venir prospecter des opportunités d’affaires vers un niveau plus poussé.

«Le Gabon Wood Show n’est pas qu’une vitrine industrielle au service de transformation du bois (…) Le nouvel élan d’industrialisation de la filière bois que nous voulons impulser passerait par l’amélioration constante de l’outil de transformation du bois. L’objectif étant de relever les taux de rendement qui se situent autour des 55% dans la sous-région, mais qui atteignent aujourd’hui 95% dans certaines usines de GSEZ», a conclu Lee White.

Le Gabon est le seul pays en Afrique subsaharienne à organiser un salon de cette ampleur dans le secteur du bois. La première édition a attiré 75 exposants professionnels venus de 14 pays avec plus de 5000 investisseurs. La deuxième édition ambitionne de faire mieux.

 
 

1 Commentaire

  1. Julien dit :

    Moi j’écrirai plutôt ceci:l’industrie de l’arnaque du bois gabonais fait son show. Pitié ! Pauvre Gabon !

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW