Les prix des denrées alimentaires de consommation courante, transports, communications, services des secteurs sociaux (santé et enseignement) et logement, eau, gaz, électricité, ont connu une évolution significative à 4,8% en 2018. Soit près du double par rapport à 2017, où le taux d’inflation était de 2,7%.

Les prix des denrées alimentaires ont été pris dans le tourbillon inflationniste de 2018. © c.pxhere

 

Le taux d’inflation a enregistré une hausse de 4,8% en 2018, contre 2,7% en 2017. C’est du moins ce que révèle la note de conjoncture de la direction générale de l’Economie. Une tendance haussière mesurée sur la base l’indice des prix à la consommation des ménages de Libreville, Owendo et Akanda. «Cette évolution confirme la persistance des tensions inflationnistes dans l’économie observée depuis le premier trimestre 2018», souligne la direction générale de l’Economie.

Dans cette dynamique et en dépit du «maintien de certaines mesures liées à la vie chère», l’évolution des prix des denrées alimentaires de consommation courante, transports, communications, enseignement et «logement, eau, gaz, électricité», a enregistré un accroissement substantiel. Les prix des produits des denrées alimentaires ont ainsi augmenté de 3,7% en 2018 (contre -0,7% en 2017), du fait notamment de «la hausse des cours internationaux des produits de l’énergie et des produits céréaliers».

Les prix du transport, pour leur  part, ont progressé de 7,9% en 2018 contre 4,2% l’année d’avant. «Cette hausse découle essentiellement de la baisse de l’offre de transport urbain (du fait des difficultés de la Sogatra, la baisse de l’offre de taxi en lien avec la persistance des contrôles municipaux des documents de transport, etc.) et des augmentations de prix des carburants à la pompe en lien avec la hausse du Brent», explique la direction générale de l’Economie.

La hausse observée ces dernières années au niveau des communications, s’est consolidée en 2018, avec une augmentation globale de 15,8%, consécutive à «l’accroissement des prix du matériel de communication». Même constat au niveau des services des secteurs sociaux. Dans la santé, les prix ont progressé de 4,9% contre 1,7% en 2017, en raison de «l’augmentation des coûts hospitaliers».

Au niveau de l’enseignement, les prix ont enregistré un pic à 28,3% contre 12,6% en 2017, en lien avec «l’augmentation des frais d’inscription dans les établissements primaires et secondaires, ainsi que dans l’enseignement supérieur».

Enfin, Les prix du «logement, eau, gaz et électricité» ont continué d’augmenter (+4,3%) en 2018 à un rythme moins soutenu, comparativement à 2017 (+9,9%). Une évolution découlant essentiellement de l’augmentation des prix moyens d’électricité (+4,1%), de l’eau (+6,4%) et du gaz, en lien avec «la hausse des coûts de production (hausse de prix des produits pétrole)», a conclu la direction générale de l’Economie.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW