Le Syndicat des agents du ministère des Transports et de l’Aviation civile (Samtac) et le Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG) vont entreprendre une série d’actions visant à mettre à nu plusieurs irrégularités dans le secteur des transports.

© ebru.co.ke

 

Dénonçant plusieurs irrégularités dans le secteur des transports, la société civile annonce une série d’«actions d’envergure et de haute portée» visant à saisir les instances nationales et internationales. Une initiative conjointe du Syndicat des agents du ministère des Transports et de l’Aviation civile (Samtac) et le Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG).

Dans un communiqué publié le 21 mars, en effet, les deux organisations dénoncent les «conditions d’attribution opaques des concessions aéroportuaires, portuaires et de transport terrestre ainsi que le non-respect des procédures applicables dans l’attribution des marchés publics au détriment des intérêts et de la souveraineté nationale, pendant que le pays traverse une situation économique et sociale critique».

Des irrégularités qui impliqueraient plusieurs multinationales. Le Samtac et le ROLBG ont cité pêle-mêle GSEZ, Bolloré, Gemalto, Auto Bilan, Badjing Consulting, ICS, Sogadotra (Société gabonaise des documents de transport), etc. Dans le cadre de cette campagne de dénonciation de l’opacité dans les transports, les deux organisations vont mener des «activités hautement médiatiques», à travers conférences, points-presse et publications.

Le Samtac et le ROLBG ont également annoncé «une mobilisation intensifiée dans les réseaux sociaux aux côtés des procédures judiciaires qui seront engagées contre certains responsables véreux au sein de l’administration des Transports et de la logistique sans oublier les multinationales incriminées». Des actions qui annoncent certainement des intempéries dans le secteur de Justin Ndoundangoye, le ministre des Transports.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW