Le groupe espagnol Calvo Pesca a débarqué un peu plus de 1200 tonnes de thon le 26 octobre au New Owendo international port (NOIP). Le poisson a été réceptionné par le ministre de la Pêche.

Plus de 1 200 tonnes de thons ont été débarquées au NOIP. © Gabonreview

 

Sur le quai du New Owendo international port (NOIP), le 26 octobre, les navires de Calvo Pesca ont effectué des opérations de transbordement et débarquement d’une cargaison de 1200 tonnes de thon péchés dans les eaux gabonaises. L’opération qui intervient après celle de juillet dernier devrait permettre de renforcer la coopération entre le Gabon et le groupe espagnol qui souhaite mettre son expérience de plus de 70 ans au service du pays. «Autour de Calvo Pesca se structure comme souhaité dans le Gabon Bleu par le président de la République l’industrie de la pêche gabonaise», a déclaré le ministre de la Pêche. Pour lui, il faut désormais travailler au renforcement des capacités des jeunes gabonais pour leur permettre de trouver des emplois dans lesquels ils doivent être les plus efficaces et rendre le port de pêche compétitif.

Ceci, d’autant plus que le pays ambitionne de se lancer dans l’industrie de transformation du thon. «Ce que nous voulons c’est qu’en plus de transborder, nous puissions débarquer le poisson à Libreville et nous puissions le transformer», a déclaré Biendi Maganga Mousavou. Pour lui, ce genre d’opération fera «en sorte que le port de pêche de Libreville ait une bonne renommée et qu’il attire beaucoup de navires de pêche dans le respect du principe de la gestion durable de nos écosystèmes». «C’est-à-dire, qui tient compte du fait qu’il ne faut pas pêcher de trop petits poissons pour leur laisser le temps de se développer», a-t-il expliqué.

Selon Maria Imaculada Fuertes, représentante de Calvo Pesca, le navire est arrivé «avec environ 1250 tonnes à transborder sur un cargo» de la société espagnole, «mais également des conteneurs qui prennent une destination différente que le cargo et bien sûr le marché local». Une partie de cette cargaison sera acheminée vers l’Europe tandis que l’autre dédiée au Gabon ira à la Société gabonaise de transformation agricole et développement rural (Sotrader) afin de couvrir une bonne partie du marché local à moindre coût.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW