S’offusquant de la supposée interdiction de sortie du territoire de l’activiste Marc Ona Essangui, son avocat maître Eric Moutet, a écrit jeudi une lettre au ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, pour demander une «intervention» de la diplomatie française. Président de l’ONG Brainforest et membre du groupement “Appel à Agir”, qui demande une expertise médicale d’Ali Bongo, Marc Ona n’a pas réussi à renouveler son passeport depuis juillet dernier.

Me Eric Moutet, l’avocat de Marc Ona Essangui. © Capture d’écran/Le Parisien TV

 

«Je vous remercie, Monsieur le Ministre, de toute intervention que vous pourriez effectuer directement ou à travers les représentants de la diplomatie française à Libreville» concernant le non-renouvellement du passeport de l’activiste Marc Ona depuis début juillet, a écrit jeudi son avocat Me Eric Moutet, à Jean-Yves Le Drian.

Le président de Brainforest se trouve «pris en otage au Gabon, dans l’incapacité d’honorer les différentes invitations auprès d’instances internationales», selon Me Moutet, dont la lettre aux Affaires étrangères a pour objet l’«interdiction de sortie» de l’activiste gabonais.

Le 16 octobre, l’avocat français avait déjà appelé «les autorités du Gabon à laisser Marc Ona Essangui circuler librement et à lui restituer sans délai et sans condition son passeport», rapporte le site Gabon Media Time.

Le passeport de Marc Ona : une affaire qui prend de l’ampleur

Depuis début octobre, la presse médiatise le cas de M. Ona, dont le passeport n’a pas été renouvelé depuis début juillet, malgré les relances du leader de la société civile, qui a dû décommander plusieurs invitations à l’international.

Activiste de l’environnement au Gabon via son ONG Brainforest, Marc Ona est également membre du mouvement “Appel à Agir”, qui regroupe des membres de l’opposition et de la société civile, et demande l’expertise médicale du président Ali Bongo après son AVC survenu il y a un an.

“Appel à Agir”, mais aussi le parti d’opposition “Pour le changement” (PLC), ou encore l’association française Sherpa qui lutte contre les «biens mal acquis» et dont Me Moutet est membre, ont dénoncé le non-renouvellement du document de voyage de M. Ona.

 
 

1 Commentaire

  1. Serge Makaya dit :

    Mais elle le fait depuis toujours. Puisque c’est elle qui a placé ces dictateurs. Plus hypocrite que la France, il n’y en a pas.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW