Tony Serge Minko Mi Ndong, avocat de François Wu, cerveau supposé de l’affaire de 353 conteneurs de Kevazingo disparus au port d’Owendo a défendu, le 20 mai,  la présomption d’innocence de son client, non sans relever l’absence d’éléments juridiques nécessaires à la procédure.

Maitre Tony Serge, avocat de la défense de François Wu, lors de sa déclaration le 20 mai 2019. © Gabonactu.com

 

Quelques jours après l’éclatement de l’affaire Kevazingo, maitre Tony Serge Minko Mi Ndong, avocat de la défense de François Wu, cerveau supposé dans l’affaire, a effectué une sortie médiatique, le 20 mai, sur ce scandale ayant éclaté alors que son client été en voyage. L’avocat dément ainsi les rumeurs selon lesquelles François Wu est en cavale.

Me Tony Serge Minko (au centre), le 20 mai 2019, à libreville. © Gabonreview

S’il reconnaît le droit au parquet général de mener la procédure pour contrebande douanière et fausse déclaration en matière forestière, l’avocat estime tout de même que le dossier manque d’éléments juridiques et de preuves irréfutables sur lesquels devraient s’appuyer ces poursuites.

Parmi les éléments faisant défaut, l’avocat cite le procès-verbal de saisie des Douanes dûment établi par les services douaniers, conformément à l’article 300 du code douanier. L’avocat de François Wu relève également l’absence, dans le dossier, de l’ordonnance d’inventaire de mise sous main de justice ainsi que les documents irréfutables établissant la complicité de François Wu dans l’affaire.

Le dossier ne comporte à ce jour, précise maitre Tony Serge Minko Mi Ndong, que les auditions des agents des Douanes et des Eaux et Forêts qui devraient être partie du procès. En l’état, estime l’avocat, l’affaire ne doit pas se poursuivre. «Et si elle se poursuit comme par enchantement, elle s’achemine vers un vice rédhibitoire, donc un échec».

Après avoir relevé ces manquements, l’avocat estime que François Wu devrait, comme tout justiciable, bénéficier de la présomption d’innocence dans l’affaire. À ce titre, Tony Serge Minko Mi Ndong souhaite et sollicite que son client rentre en toute tranquillité au Gabon pour être entendu par la justice afin que la vérité éclate.

 
 

4 Commentaires

  1. Jean Gaspard Ntoutoume Ayi dit :

    En résumé, Maître Minko du Conseil de l’ordre ne dit pas sue les conteneurs n’ont pas disparu. Il ne dit pas non plus que ce n’est pas son client qui les aurait fait disparaître. Il nous dit simplement que son client ne pourra être condamné parce que le Procureur n’a pas fait son travail en dressant l’inventaire des biens saisis et que le DG des douanes non plus n’a pas fait son travail puisqu’il n’y a pas de PV de saisie.

    Mais la question que nous allons nous poser est toute simple : qui a fait disparaître les 353 conteneurs de Kevazingo ?

    Monsieur le membre du conseil de l’ordre defend son client. Et c’est son Job.

    Qui donc défend le Gabon et protège son Kevazingo ?

  2. Owiyoulou Le Mystérieux dit :

    Huuum être avocat quel mauvais travail!
    Quelqu’un quitte loin la-bas, si loin de la Chine pour piller ton pays mais tu dois le défendre et veux prouver qu’il est innocent huuum quel mauvais travail tu as choisi Tony Serge Minko Mi Ndong.

    • Mwane Ndongzibe dit :

      Comment tu démontres que quelqu’un ”quitte loin la-bas” son pays pour venir piller le tiens? Quel est le document qui constate que le pays a perdu 353 conteneurs?

      Vous ne trouvez pas qu’il faut prendre du recul avant de parler sur des sujets sensibles? Pourquoi la légereté d’expression va elle être le vecteur de la communication au Gabon, quand on sait aussi que l’Union dégringole aussi sur ce type digression ?

  3. Bona dit :

    Voilà ce qui arrive lorsqu’on annonce une telle information sans prendre des gants. Mais qu’à cela ne tienne, dans une affaire aussi complexe, il serait judicieux de commettre un juge d’instruction. Puisqu’il s’agit d’une affaire qui engage l’administration pour ne pas dire l’État. Maitre Tony fais son job à l’État de continuer de faire le sien. Ça fonctionne comme ça. Ce genre d’affaire nous enseigne une chose. C’est dans la vie d’une nation tout ce qui semble cache à parait au grand jour. Et comme dit l’Ecclésiaste: il y a un temps pour toute chose sous les cieux. Wait and see.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW