Le ministère tchadien de l’Aviation civile et le ministère des Transports du Gabon annoncent la création prochaine d’un pont aérien reliant Libreville à N’Djamena, qui servirait essentiellement aux échanges des produits agricoles contre des produits halieutiques.

Grâce à la ligne aérienne cargo directe Libreville-N’Djamena, le Gabon écoulerait davantage ses produits halieutiques sur le marché tchadien, comme ici au Centre artisanal de pêche de Libreville (CAPAL). © D.R.

 

Avec l’entrée en vigueur, le 30 mai, de l’accord portant sur la création de la zone de libre-échange continentale (Zlec) promue par l’Union africaine (UA), le Gabon et le Tchad envisagent de renforcer leur coopération et de participer pleinement à l’intégration régionale et sous-régionale. Les deux pays membres de la Cemac et de la CEEAC devraient bientôt créer un pont aérien entre Libreville et N’Djamena. L’annonce a été faite, vendredi 31 mai, dans la capitale tchadienne, à la faveur d’une rencontre entre Mahamat Tahir Orozi, le ministre tchadien de l’Aviation civile et de la Météorologie nationale, et Laurent Abessolo Mve, conseiller aéronautique du ministre gabonais des Transports et de la Logistique.

Selon les deux responsables, cette «ligne aérienne cargo» entre le Tchad et le Gabon servira essentiellement à l’exportation vers le Gabon des produits tchadiens issus de l’élevage. Le Gabon quant à lui s’en servira pour exporter ses produits halieutiques vers le Tchad. Bien plus qu’un simple troc, les deux pays présentent cette initiative comme un moyen de renforcer leurs échanges commerciaux. L’économie tchadienne repose sur l’agriculture, même si seulement 2,9% du territoire sont cultivés. Le secteur emploie néanmoins 80,2% de la population, selon la FAO et la Banque mondiale.

 «Nos produits qu’on consomme aujourd’hui, que ce soit les produits d’élevage ou les produits halieutiques, on les importe d’Europe, d’Amérique, alors qu’on a les potentialités ici dans notre région. Il est question de mettre en place des liaisons aériennes directes cargo afin de soutenir l’activité import-export des produits d’élevage du Tchad et des produits halieutiques du Gabon», a déclaré Laurent Abessolo Mve au terme de son entretien avec le représentant du gouvernement tchadien.

Ces derniers mois, avec la nomination de Prisca Koho-Nlend à la tête du ministère de la Pêche et de la Mer, le Gabon travaille à développer le secteur de la pêche légale et à diversifier sa production halieutique. Ce pont aérien direct Libreville-N’Djamena ouvrirait le marché tchadien aux producteurs gabonais.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW