Bédrich Pongui Ngondza de l’Ecole doctorale régionale d’Afrique centrale a remporté, le 12 juin 2019, la grande finale nationale du concours francophone de vulgarisation et d’éloquence «Ma thèse en 180 secondes». Il représentera le Gabon à la finale internationale du concours à Dakar au Sénégal, le 26 septembre prochain.

Le lauréat de la finale nationale du concours francophone de vulgarisation et d’éloquence «Ma thèse en 180 secondes», Bédrich Pongui Ngondza. © D.R.

 

La salle des spectacles de l’Institut français du Gabon a accueilli, le 12 juin dernier, la finale nationale de «Ma thèse en 180 secondes», concours francophone de vulgarisation et d’éloquence. Au terme de cette compétition qui engageait 16 candidats, dont 4 femmes, trois lauréats ont été sacrés par le jury composé notamment du professeur Mezui-Mbeng. La première place est revenue à Bédrich Pongui Ngondza, doctorant au département de parasitologie-mycologie de l’Ecole doctorale régionale d’Afrique centrale. Celui-ci a totalisé un score de 15/20 et réussi à convaincre en trois minutes avec son travail non vulgarisé intitulé «Paludisme, schistosomose et filarioses négligées (Loaose et Mansonellose) chez les personnes infectées par le VIH vivant au Gabon : impact sur la santé globale».

Les 16 candidats et les membres du comité d’organisation du concours francophone de vulgarisation et d’éloquence «Ma thèse en 180 secondes». © D.R

La deuxième estrade a été occupée par Juliette Ornely Orango Bourdette, doctorante au département de Chimie de l’Université des sciences et techniques de Masuku (USTM), qui engage son travail dans la «Lutte contre le cancer par la recherche de nouvelles molécules issues de champignons macroscopiques du Gabon». La vice-championne nationale a, pêle-mêle, enregistré les scores de 4/6 pour son implication et son talent d’orateur (rhétorique et éloquence), 5/6 pour la vulgarisation, 4/6 pour la structuration de l’exposé et 2/2 pour le coup de cœur soit 15/20. Une prestation qui lui a valu en fin de course un ordinateur portable.

Sur la troisième marche du podium, Rosamour Tsamba-Ndzedy Moughoa. Également doctorant au département de psychologie à l’Université Omar Bongo (UOB), il a détaillé pour le public l’«Effet de l’appartenance catégorielle sur les comportements politiques : cas du vote chez les adhérents et non adhérents au Gabon». Le psychologue social remporte une tablette numérique.

Selon le directeur du Campus numérique francophone de Libreville, Joseph Indjendje, «ce concours contribue à sa manière à la valorisation de la communauté scientifique francophone et à la vulgarisation des travaux de recherche pour un large public».

Le lauréat du premier prix participera à la finale internationale, le 26 septembre 2019 à Dakar au Sénégal. Bédrich Pongui Ngondza s’y mesurera aux candidats venus du Québec, de France, de Belgique, du Maroc et de treize autres pays d’Afrique, d’Europe de l’Est et du Moyen-Orient.

Au terme de l’appel à candidatures à l’endroit des doctorants des établissements d’enseignement supérieurs du Gabon, les organisateurs du concours avaient reçu 20 candidatures, dont 9 issues principalement de l’Université Omar Bongo, 8 de l’École doctorale des grandes écoles de Libreville, 1 de l’Université des sciences de la santé/l’École doctorale régionale en infectiologie tropicale de Franceville, 1 de l’Université des sciences et techniques de Masuku et 1 de l’Université Saint Exupéry de Libreville.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW