La Banque mondiale a procédé, le 26 juin, en présence du gouvernement, à la présentation officielle des conclusions de l’évaluation du système national des marchés publics, suivant la méthodologie révisée MAPS II.

Remise du rapport d’évaluation du système national des marchés publics, suivant la méthodologie révisée MAPS II. © Gabonreview

 

La représentante de la Banque mondiale, Alice Ouédraogo, a transmis, le 26 juin, au Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, le rapport d’évaluation du système national des marchés publics réalisé avec la méthodologie MAPS II (Methodology for Assessing Procurement Systems).

L’évaluation conduite conjointement par les acteurs de la commande publique et la Banque mondiale, sous la coordination de l’Agence de régulation des marchés publics (ARMP), consistait à améliorer l’efficacité, la transparence et la durabilité de l’utilisation des ressources allouées aux programmes d’investissement, afin d’optimiser la qualité des services rendus aux citoyens.

Selon le Premier ministre, malgré l’existence d’un code des marchés publics adopté en 2018, et également l’existence d’une agence de régulation des marchés publics, force est de constater que le système gabonais de passation des marchés publics présente encore de nombreux dysfonctionnements et de nombreux errements favorisant ainsi le gré à gré.

En effet, l’évaluation du système national des marchés publics a mis en exergue plusieurs dysfonctionnements concernant notamment la régulation des marchés, le contrôle a priori, la maturité des programmes d’investissement, l’encadrement des marchés de gré à gré, la dématérialisation des procédures de passation de marché, le faible accès des PME aux marchés publics, le renforcement des capacités, l’absence de transparence dans le processus d’attribution des marchés, le traitement des plaintes et contentieux relatifs à la passation.

«Nous devons mettre fin à ces mauvaises pratiques. Nous devons encourager la transparence et la compétition dans la passation des marchés en privilégiant l’appel d’offres public ouvert. Notre système de passation des marchés doit se transformer rapidement. C’est donc le moment, plus que jamais de changer de paradigme», a indiqué Julien Nkoghe Bekale, invitant l’ensemble des acteurs impliqués dans les procédures des passations des marchés publics à se conformer aux dispositions législatives et réglementaires prévues par le code des marchés publics.

Au terme de l’évaluation, des mesures correctives ont été proposées, entre autres, l’adoption d’une loi fixant les principes de la commande publique ; l’opérationnalisation et l’autonomisation de l’Agence de régulation des marchés publics ; une meilleure application de la réglementation ; le renforcement des contrôles et l’application des sanctions ; la réduction du volume de marchés de gré à gré ; la mise en place urgente d’une cellule de coordination de la mise en œuvre du plan d’action stratégique.

«La volonté politique conjuguée avec les appuis des partenaires devrait permettre de poursuivre les ambitions que vous vous êtes fixées, afin de vous placer parmi les pays africains possédant les meilleurs systèmes de marchés publics. Permettez-moi de vous réitérer mes félicitations pour votre engagement à améliorer cette composante importante de la chaîne de l’administration du secteur public. Je voudrais une dernière fois renouveler la disponibilité de la Banque mondiale à vous appuyer dans la tâche que vous vous êtes fixée», a conclu le directeur général du département de passation de marchés de la Banque mondiale pour la région Afrique, Vinay Sharma.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW