Soupçonné d’avoir tué au moins deux jeunes filles, Yves Obingha Mouele alias Martial, 50 ans, a été interpellé début juin et devrait être déféré ce mardi 18 juin. L’enquête en cours pourrait révéler plus de deux meurtres.

Yves Obingha Mouele, obsédé sexuel présumé et tout autant serial killer. © Facebook

 

Interpellé le 1er juin dernier par la Brigade de recherche et d’intervention (BRI), et placé en garde-à-vue à la Police Judiciaire (PJ), Yves Obingha Mouele surnommé Martial devrait être présenté à la justice ce mardi 18 juin pour assassinats, alors que l’enquête est encore en cours, a appris Gabonreview, conforté par ailleurs par une publication du quotidien L’Union, ce lundi 17 juin 2019.

L’homme a reconnu le meurtre de la jeune Elodie Dianga Mainry, dont le corps a été retrouvé nu, le 25 mai dernier à Nzeng-Ayong. «Il a nié l’avoir violée, parlant de “relation consentie”” alors que “des bouts de bois ont été retrouvés dans le vagin de la victime», raconte une source proche de l’enquête.

Sur la piste de Davilla et d’autres victimes 

Une perquisition à son domicile, le 4 juin, a permis de retrouver onze cartes SIM, dont certaines appartenaient à Elodie Dianga Mainry, mais aussi à Davilla Okomo Ella, 28 ans, dont le corps a été retrouvé le 13 mars au PK5 en état de décomposition.

«Les deux victimes présentent toutes les deux des traces d’étranglement, laissant penser au même mode opératoire», indique une autre source policière, précisant que les jeunes filles ne semblaient pas connaître Yves Obingha auparavant. Le quotidien L’Union indique que trois femmes au moins auraient été tuées après avoir été violées. Obingha Mouele serait un obsédé sexuel, au point d’être père de 11 enfants et d’être souvent en mode chasse dans les débits de boisson, proposant aux proies visées «de l’argent en contrepartie de relations sexuelles», mais refusant de payer une fois l’acte accompli. Il préférait «éliminer sa victime (circonstancielle) par strangulation, avant d’abandonner le corps de la victime sur la scène du crime

Entre 2017 et 2018, six corps de femmes avaient également été découverts entre le Pk5, le Pk6 et le Pk7 dans des états relativement similaires à ceux de Davilla et Elodie, rappelle la source policière citée plus haut. Le meurtrier n’avait pas été arrêté.

Homme sans emploi, Yves Obingha Mouele vivait dans le quartier Avea en concubinage avec une femme. Dans sa famille, plusieurs personnes avaient déjà porté plainte pour tentatives de viol de sa part, mais il n’avait jamais été condamné, selon les informations obtenues par Gabonreview.

 
 

2 Commentaires

  1. symphonie dit :

    J’ai le pressentiment que ce Monsieur est l’assassin de toutes ces filles depuis 2014 que l’on retrouvait avec un pieu dans le sexe.Si cela est avéré ,il serait à au moins 8 assassinats.

  2. moundounga dit :

    Bjr. Au Gabon la rumeur est toujours vrai alors!…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW