Depuis quelque temps, une bande passe sur les antennes de la chaîne publique tout-info : «Gabon 24 est une chaîne du service public autonome». Autonomie, autonomie-chérie ! Ce qui se susurrait depuis quelques mois est donc effectif : Gabon 24 ne fait donc plus partie du groupe Gabon Télévision qui, de ce fait, n’existe plus. L’audiovisuel public, qui a abandonné une réforme de portée significative, a donc aujourd’hui deux chaînes de télévision et une chaîne de radio.

Lancement officiel de Gabon 24, en présence du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, le 24 mai 2016. Ici, le tout premier débat de ce qui était alors la nouvelle chaîne thématique du groupe Gabon Télévision. © D.R.

 

Gabon Télévision n’existe donc plus dans les faits. Gabon 24 a dorénavant une nouvelle administration provisoire dirigée par deux professionnelles de la communication, Laure Bigourd et Marie-Noëlle Ada. Le binôme travaille sous la supervision de la direction de la Communication présidentielle. En fait, malgré le décret 1035 de février 2010 ayant désarticulé les deux chaînes de la Radio-Télévision Gabonaise (RTG1 et RTG2), on semble être revenu à deux chaînes de télévision distinctes, à savoir Gabon 1ère logée dans la Maison Georges-Rawiri et Gabon 24 qui se trouve, comme la RTG2 autrefois, dans les locaux d’une grande institution, à la seule différence qu’il y manque la radio. C’est donc le retour à l’an 40 !

© D.R.

Fini la réforme, retour à l’an 40 !

2 chaînes distinctes, 2 administrations différentes ! Le décret cité plus haut avait permis la mutation et la transformation de l’audiovisuel public, avec la création de deux groupes, à savoir Radio Gabon et Gabon Télévision. Après des tâtonnements lors de son démarrage sous les ministres successifs Laure-Olga Gondjout, Blaise Louembet, Pastor Ngoua N’Neme et Denise Mekam’ne Edzidzie, c’est sous l’impulsion d’Alain-Claude Bilie-By-Nzé que cette réforme avait réellement démarré sa mise en place. Ainsi, sera lancée le 24 mai 2015, la chaîne tout-info Gabon 24, qui devait être suivie en 2018 par la création d’une autre chaîne thématique Gabon Nature et Culture. Les locaux avaient déjà été trouvés à Okala dans le 1er arrondissement de Libreville (dans les studios de l’ancien Kanal 7). Mais le départ, en mai 2018, d’Alain-Claude Bilie-By-Nzé, et l’arrivée de Guy-Bertrand Mapangou dans ce département ministériel ont, semble-t-il, remis aux calendes grecques la poursuite de la réforme de l’audiovisuel public. Chaque chaîne du groupe Gabon Télévision dispose donc aujourd’hui d’une autonomie éditoriale et administrative. Seuls les coûts financiers de Gabon 24 restent à la charge de Gabon 1ère.

On craint le pire, mais il y a de l’espoir…

Pour bien marquer son autonomie, Gabon 24 vient de mettre fin aux contrats d’une huitaine de fonctionnaires qui, pourtant, ne coûtaient rien à la chaîne. De plus, beaucoup d’autres professionnels de la maison ont décidé de quitter la chaîne. Aujourd’hui, la chaîne tout-Info a sauté dans un nouveau train – celui de sa séparation avec Gabon 1ère – sans connaître sa destination.

A Laure Bigourd et Marie-Noëlle Ada de maintenir Gabon 24 au niveau qu’il a atteint depuis trois ans et demi ! Il est à espérer que dotées d’un sens aigu de la répartie et d’une bonne dose d’humour, le binôme saura conduire la barque dans ce paysage audiovisuel – devenu un village planétaire – où la concurrence est rude. Le binôme sera jugé pour ses actes… car aujourd’hui «la chaîne semble être traversée par des convulsions, relayées par des rumeurs alarmistes qui font craindre le pire» !         

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW