Filiale du Groupe Servier, le laboratoire pharmaceutique français spécialisé dans les génériques annonce pour novembre prochain son entrée officielle sur le marché gabonais, où il envisage d’écouler une trentaine de médicaments provenant de sa gamme de près de 900 références.

Emmanuel le Doeuff, directeur général et directeur des Affaires internationale, lancera les activités de Biogaran au Gabon en novembre 2019. © lexpressionci.com

 

Alléché par la place du Gabon dont le PIB par habitant est le plus élevé en Afrique centrale et où la couverture maladie universelle est une des plus larges sur le continent, Boigaran annonce son arrivée sur le marché gabonais. Le laboratoire pharmaceutique français spécialisé dans les génériques précise dans un communiqué relayé, mercredi 23 octobre, par l’Agence Ecofin que le lancement de ses activités se fera à Libreville, le 21 novembre prochain à l’hôtel Méridien Ré-Ndama, en présence d’Emmanuel Le Doeuff, directeur général et directeur des Affaires internationales de Biogaran.

Au Gabon, la filiale du Groupe Servier «commercialisera 35 médicaments provenant de sa gamme de près de 900 références». Des médicaments génériques bioéquivalents qui, selon l’entreprise pharmaceutique, seront importés de France dans le respect des standards européens. Biogaran assure par ailleurs que ceux-ci «répondent à des enjeux de santé publique au Gabon», présenté comme le 3e pays le plus affecté par l’hypertension et le diabète dans la sous-région, d’après la Fédération internationale du diabète (FID).

Toutefois, les médicaments qui seront mis sur le marché gabonais par Biogaran devraient également couvrir un large éventail de pathologies présentes sur le continent africain, assure le laboratoire français.

Présent au Nigéria, en Côte d’Ivoire et en RDC, Biogaran présente son déploiement sur le continent comme «une alternative pour les pouvoirs publics africains dans leur lutte contre la contrefaçon de produits pharmaceutiques».

 
 

1 Commentaire

  1. Sousa dit :

    Laboratoire Servier, il a pietre reputation.

    Peut être à condition d’être moins cher sur court et le long terme que les laboratoires indiens qui sont tout aussi valables.

    Mais surtout ils devraient s’installer pour fabriquer sur le continent et non seulement vendre.

    On pourra toujours les mettre dehors s’ils abusent ou au moins leurs mettre de grosses amandes.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW