Alors qu’ils comptaient sur l’établissement de leur carte nationale d’identité (CNI) pour profiter de l’extension de l’opération d’immatriculation à la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), à Port-Gentil, l’espoir des Gabonais économiquement faibles (GEF) a été douché par la suspension de cette opération au centre unique du commissariat central.

Privés de CNI, les GEF de Port-Gentil ne peuvent pas se faire immatriculer à la CNAMGS. © Gabonreview

 

La carte nationale d’identité originale ou son récépissé sont les principaux documents qui donnent accès à l’immatriculation des Gabonais à la CNAMGS. Seulement, ces derniers mois, la suspension d’établissement de la CNI au centre unique du commissariat central de Port-Gentil n’arrange pas les choses, notamment pour les Gabonais économiquement faibles désirant profiter de l’extension de l’opération d’immatriculation à la CNAMGS relancée il y a quelques mois.

Dans la capitale économique du Gabon, les rumeurs vont bon train au sujet de cette suspension intervenue quelques semaines seulement après le lancement de l’opération par le ministère de l’Intérieur. Chacun croit plus ou moins connaître la cause de cette situation. «La machine qui sert à faire l’établissement des cartes est en panne», confie pour sa part une source sécuritaire proche du dossier. Selon elle, la machine défectueuse aurait été ramenée à Libreville pour des besoins de réparation et de maintenance. La date de son retour à Port-Gentil n’est pas officiellement connue.

À Port-Gentil, cette situation inquiète particulièrement les GEF qui, confrontés à la conjoncture économique qui perdure et affecte la ville pétrolière, se voient tout bonnement privés de la couverture maladie offerte par l’État. La suspension de l’opération d’établissement de la CNI est donc accueillie comme une double sanction. Aussi, certains n’hésitent plus à interpeller les autorités, principalement ceux de la CNAMGS, à revoir les procédés en termes d’immatriculation. Ils souhaitent avoir la possibilité de se faire immatriculer grâce à leurs seuls actes de naissance comme pour les habitants des zones reculées du pays, y compris de façon provisoire.

La CNAMGS va y réfléchir

Jointe, la direction de la Communication de la CNAMGS a confirmé que l’immatriculation des GEF se fait uniquement sur présentation d’une copie légalisée de l’acte de naissance et d’une carte nationale d’identité valide pour les futurs assurés. Toutefois, face à la situation actuelle à Port-Gentil, la Caisse pourrait être amenée à alléger les procédures si nécessaire. Mais pour ce faire, il revient au responsable de la délégation provinciale d’évaluer l’ampleur de la situation et de juger de l’opportunité ou non de limiter les immatriculations à la seule présentation de l’acte de naissance original et de sa copie légalisée. Sa décision, précise-t-on, doit évidemment être approuvée par la direction générale à Libreville.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW