C’est une des conclusions de l’audit réalisé, il y a quelque temps, par M&M Consulting à Libreville et dans les communes environnantes. Fondateur et patron du cabinet, David Mebiame Allogo regrette dans l’interview ci-après la mauvaise qualité du service offerte par Libertis, Moov et Airtel pour les appels et l’Internet. Dans la commune d’Akanda, autour de la résidence privée du président de la République, les usagers de la téléphonie mobile sont par exemple aussi mal servis que dans certains villages à l’intérieur du pays.  

A Libreville, Akanda et Owendo, la qualité du réseau mobile est encore peu satisfaisante, selon M&M Consulting. © Gabonreview

 

David Mebiame Allogo, Fondateur et patron du cabinet M&M Consulting. © Photo personnelle

Gabonreview : Qui est David Mebiame Allogo ?

David Mebiame Allogo : Je suis un entrepreneur gabonais, né à Libreville il y a un peu moins de 40 ans et résidant présentement entre la France et le Gabon. En ma qualité d’expert international en télécommunications, avec à mon actif près d’une vingtaine de pays d’intervention, j’évolue dans le secteur de la téléphonie mobile depuis près de 15 ans en intervenant pour différents acteurs sur des projets majeurs et souvent sensibles.

M&M Consulting. Qu’est-ce que c’est, et dans quelle branche évolue cette structure ?

M&M Consulting est une jeune société de droit gabonais, à taille humaine, et dont je suis le fondateur-président. Spécialisée en télécommunications, elle accompagne les acteurs locaux et internationaux par son offre de service s’agissant des Audits de qualité de service, de l’Ingénierie des réseaux mobiles, de la Gestion de projet et de la formation.

Cette année, un audit a été réalisé par votre structure sur la qualité des services de communication à Akanda, Libreville et Owendo. Parlez-nous-en.

La révolution technologique ayant actuellement lieu en Afrique, n’épargne aucun pays, le Gabon y compris. Ce changement de paradigme est le principal vecteur d’une nouvelle économie numérique naissante. Dans ce contexte quels sont les mécanismes mis en place pour garantir la qualité de service attendue par les utilisateurs ? Par ailleurs, prenant en compte les appréhensions de la population sur la qualité de service offerte par les opérateurs de téléphonie mobile, également accentuées au cours de l’émission télévisée d’avril 2019 de Gabon 1ère «Internet mobile au Gabon : l’arnaque ?» et au cours de laquelle le président de l’Arcep a été invité, M&M Consulting a été mandaté par son fondateur afin de réaliser un audit indépendant de cette qualité offerte aux consommateurs. L’audit a été ainsi réalisé sur ces trois communes représentant 60% de la population gabonaise, aussi bien en position statique (70 lieux) qu’en mobilité (600 km).

Pourquoi avoir choisi 70 points ?

Les 70 points que vous évoquez se sont imposés à nous pour les raisons suivantes : il s’agit des lieux les plus fréquentés en termes de concentration de population (marchés, établissements scolaires et universitaires…), des lieux de pouvoir économique ou politique (direction générale des opérateurs, ministères, Arcep…), des lieux stratégiques (hôpitaux, aéroports…) et de loisirs (restaurants, stades…).

Quels services ont été évalués ?

Les services ayant été évalués sont la traditionnelle Voix et ceux découlant de l’Internet mobile tels que le téléchargement ou «FTP Download», le chargement ou «FTP Upload» la navigation ou «Web Browsing», la lecture vidéo en continu ou «Video Streaming» et WhatsApp.

Quels objectifs se cachent derrière cet audit ?

Les objectifs de cet audit sont multiples :

– Evaluer de manière indépendante la qualité de service offerte aux utilisateurs, et localiser les faiblesses avec des arguments techniquement indiscutables ; ceci afin de proposer des solutions d’accompagnement aux acteurs en vue d’une amélioration de cette qualité.

– En tant qu’animateur d’un blog qui exposera aux yeux de tous les détails de la qualité de service offerte, chaque consommateur aura dans un futur très proche le loisir de déterminer l’opérateur présentant les meilleures performances dans ces lieux de vie, ceci afin de faire le meilleur choix d’abonnement.

Dans cette perspective, je ne vous dissimulerais pas que des audiences ont déjà été sollicités auprès des différents acteurs concernés, opérateurs, régulateur et ministère de tutelle afin d’exposer nos résultats comme le veux l’usage, car dans un futur très proche, dans un hôtel de la place, ces derniers seront publiés auprès de différents médias et un certain public.

A quelle conclusion est arrivé l’audit ?

Pour des raisons de confidentialité, les détails des conclusions de l’audit ne peuvent pas pour l’instant être partagés dans leur intégralité. Néanmoins, deux points majeurs parmi tant d’autres peuvent être communiqués :

– La couverture sur la technologie 4G, visible par le nombre de «barre de réseau» sur un téléphone, reste anormalement faible dans plusieurs zones et quartiers de la capitale et même dans des zones improbables telles qu’autour de la résidence privée du président de la République dans la commune de Akanda. Sur ce dernier point, qu’en sera-t-il alors du service offert au citoyen lambda habitant dans une zone quelconque ? Sur ce point, Airtel doit largement améliorer son offre, et Libertis reste encore en deçà des standards.

– La faiblesse certaine de couverture sur la technologie 2G, pourtant la plus ancienne et la plus utilisée chez les populations à faible revenu économique. Les opérateurs ayant des niveaux de couverture à respecter vis-à-vis des régulateurs, et plus généralement des standards internationaux tels que préconisés par l’Union International des Télécommunications, ce constat a été fort étonnant. Sur ce point, Libertis doit donc effectuer davantage d’efforts pour améliorer son offre, Airtel ayant quant à lui un niveau respectant les standards sur ce critère.

Quelles solutions propose M&M Consulting ?

Les faiblesses observées sont classiques et les performances en découlant sont largement améliorables grâce à des solutions éprouvées et proposés par M&M Consulting dans des versions confidentielles de ces rapports d’Audit. Malheureusement, vous comprendrez que nous ne pouvons pas les divulguer publiquement.

Interview réalisée par Griffin Ondo Nzuey

 
 

5 Commentaires

  1. Consommateur gabonais dit :

    Excellente initiative! Elle présente indiscutablement deux grands mérites.
    – D’une part, celui d’informer et de conseiller les consommateurs de la téléphonie mobile au Gabon.
    – D’autre part, celui de mettre en avant les carences de la qualité de service offerte aux utilisateurs tout en suggérant des solutions techniques d’amélioration de cette qualité. Les opérateurs feraient mieux de ne pas ignorer l’initiative de ce gabonais mais de la prendre en compte. Ils ont intérêt à le faire dans la mesure où avec cette initiative le pouvoir est passé du côté du consommateur. En effet, comme le disait John Ray Grisham : « L’information, c’est le pouvoir ».

    Pour ce faire, je tiens personnellement à féliciter M. MEBIAME ALLOGO David pour son initiative et le journaliste pour sa publication. Cependant, je souhaiterais savoir s’il est possible d’avoir plus d’informations concernant ce rapport ? Autrement dit, existe-t-il un canal par lequel on pourrait avoir accès au contenu dudit rapport. En effet, il s’agit là d’un sujet fort important et intéressant qui mérite d’être largement vulgarisé auprès des consommateurs, des opérateurs et des autorités publiques.

  2. Résidente de Akanda dit :

    En tout cas, ce rapport vient confirmer les problèmes de connexion que je rencontre chez moi à Okala.
    Merci pour cette publication. Nous attendons la publication de ce rapport.

  3. arp -a dit :

    D’abord, aucun opérateur de téléphonie mobile ou de réseaux de données(internet) n’ignore tout ça.
    les opérateurs investissent très peu sur les performances des systèmes autonomes, avec la complicité du régulateur ou alors ce dernier ferme les yeux sur certaines pratiques et parfois même en violation du cahier des charges.
    Pour les opérateurs mobile du Gabon avoir un réseau fiable ,c’est passé sans transition vers une autre technologie qui ne leurs fera pas gagnés beaucoup d’argent comme actuellement.car, il suffira d’avoir le net pour téléphoner dans le monde entier pas besoin d’être sur un réseau social et pas besoin de puce électronique mais, les opérateurs mobile du Gabon ne veulent pas de cette évolution donc ,pour eux pas d’investissement pour un réseaux de qualité.
    Un scan de réseau sur 70 points ne suffit pas comme audit même pas pour un seul réseau de téléphonie mobile.car,plusieurs autres raisons peuvent êtres a l’origine de la qualité du réseau à ces lieux là:la proximité et l’abondance des agents réfractaire du signal hertzien. Ex:mer,aéroport,bâtiments et structure métallique,arbres etc…
    Rapport ou audit en version confidentielle ,le régulateur et les opérateurs n’ont que dal …

  4. Agent ARCEP dit :

    >>>> arp-a: votre propos est surprenant !

    Le régulateur n’a pas vocation à définir la stratégie technique qui permettrait à tout opérateur de fournir la meilleure qualité de service possible; mais il a compétence de s’assurer que cette dernière est conforme (cahier des charges, normes internationales etc….).

    Dans ces conditions, le régulateur ne peut qu’apprécier et être intéressé par une telle initiative, d’autant que plusieurs avis valent mieux q’un seul….

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW