En prélude aux rencontres du tourisme qui se tiendront cette année, Marie-Rosine Itsana, ministre du Tourisme, a ouvert ce 22 mai les travaux préparatoires y relatif. S’achevant le 24 mai, ces assises devraient permettre de tracer le canevas pour faire du tourisme un levier de croissance.

Marie-Rosine Itsana ouvrant les travaux. © Gabonreview

 

Le secteur Tourisme a du mal à décoller. Pour lui permettre de se positionner comme un levier de croissance de l’économie gabonaise, le ministère du Tourisme veut organiser le secteur en y impliquant tous les acteurs. Dans cette optique, se tiendront cette année, “Les rencontres du tourisme“. D’où les travaux préparatoires qui se tiennent du 22 au 24 mai. Le résultat majeur, a indiqué le ministre du Tourisme ouvrant les travaux, est d’«enrichir le projet de stratégie nationale du tourisme pour sa validation aux premières rencontres nationale du tourisme».

Quelques participants à l’ouverture des travaux. © Gabonreview

Pour Marie-Rosine Itsana, ces travaux permettront de produire d’autres documents d’intérêt qui serviront à améliorer et renforcer la visibilité et l’attractivité du Gabon pour un tourisme dynamique. A ce jour, a-t-elle souligné, le Gabon ne dispose pas d’une stratégie nationale du tourisme reflétant les ambitions déclinées par le Plan stratégique Gabon émergent (PSGE), le Plan de relance de l’économie (PRE) ou encore les résolutions du Haut conseil pour l’investissement (HCI) sur le secteur tourisme. Présentées à l’ouverture des travaux par le secrétariat du HCI, ces résolutions préconisent d’identifier les leviers nécessaires pour porter la contribution du tourisme à plus de 3% du PIB. Elles ont également identifié huit problématiques portant entre autres, sur la simplification des procédures, l’accès au foncier, l’incitation fiscale dans le secteur, l’existence d’une marque Gabon.

«Pendant longtemps, nous nous sommes appuyés sur les déclarations officielles de son excellence Ali Bongo Ondimba, sans pour autant matérialiser lesdites déclarations en stratégie pour soutenir cette volonté présidentielle pragmatique», a déclaré Marie-Rosine Itsana pour qui la promotion du secteur tourisme au Gabon n’a pas dépassé les cadres naturel et culturel. Pour elle, les travaux préparatoires devraient donc permettre de se défaire de cette «inopportunité fâcheuse». A travers six ateliers – Gouvernance et cadre juridique ; Infrastructures, aménagement et foncier ; Besoins en investissement et modalités de financement ; Positionnement et offre touristique de la destination Gabon ; Formation aux métiers du tourisme et Développement de l’e-tourisme – les participants qu’elle considère comme les «premiers artisans» du cadre touristique attendu, ont du grain à moudre.

L’idée est d’avoir une stratégie du tourisme validée, un système d’informations touristiques validé, une appropriation de nouveaux textes réglementaires, une nouvelle offre de la destination Gabon et une plateforme digitale pour la promotion du tourisme. «Vous êtes donc les artisans qui allez rendre cela possible parce que vous avez pleinement conscience que sous d’autres cieux, le secteur tourisme est l’un des moteurs les plus puissants de la croissance et du développement économique», a-t-elle dit aux participants.

Selon Marie-Rosine Itsana, le Compte satellite du tourisme pour la période 2008-2010, le tourisme récepteur en 2010 était évalué à 218 milliards de francs CFA quand le tourisme émetteur l’était à 215 milliards. Des chiffres qu’elle souhaite voir explosés d’autant plus que, a-t-elle souligné, le Gabon a «un avantage concurrentiel incontestable». Pour elle, les six ateliers des travaux préparatoires vont donc permettre de tracer le canevas qui valorisera cet avantage.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW