Conformément à sa nouvelle politique étrangère, le Savaldor a décidé, le 15 juin 2019, de retirer sa reconnaissance de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et de rompre toute relation diplomatique avec le Front polisario, qu’il qualifie «d’entité virtuelle». Cette décision sera notifiée à l’ONU et aux organisations régionales concernées.

Nasser Bourita et le président salvadorien Nayeb Bukele, lors de la lecture du communiqué de rupture. © Maeci

 

Le Front Polisario est en train de perdre ces derniers soutiens en Amérique Latine, dans le litige territorial qui l’oppose au Maroc autour du Sahara occidental. En effet, le 15 juin dernier, le Salvador a décidé de rompre ses relations avec le Front Polisario, ce mouvement politique et armé du Sahara occidental opposé depuis 1975 au Maroc pour le contrôle du Sahara occidental dont il a proclamé la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Situé en Amérique latine, la république du Salvador a décidé, en revanche, de l’ouverture d’«une nouvelle page dans les relations» avec le Maroc dont entend désormais soutenir l’intégrité territoriale.

Selon les médias marocains, l’annonce a été faite au San Salvador par le nouveau président salvadorien, Nayib Bukele, affirmant que son «pays se met désormais du côté du reste du monde en respectant la souveraineté du Maroc», ainsi que relayé par un communiqué commun signé, en présence du président du Salvador, par le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, et la chef de la diplomatie salvadorienne, Alexandra Hill Tinoco.

«Nous cessons de reconnaître un pays qui n’existe pas, nous renforçons nos liens avec le Royaume du Maroc et nous ouvrons les portes du monde arabe. Nous procédons de manière correcte. Nous avons signé un accord portant sur la coopération avec le Royaume du Maroc », a déclaré Nayib Bukele lors d’un point presse conjoint avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Maroc, Nasser Bourita.

Regrettant le fait que les relations du Salvador avec le Maroc et l’ensemble des pays arabes se soient affaiblies à cause d’une décision qui n’a pas de sens et qui a été prise pour des raisons purement idéologiques, l’ancien maire de San Salvador, investi à la tête de cet Etat d’Amérique centrale après sa victoire début juin, a admis que «reconnaître la RASD a isolé son pays du Maroc et du monde arabe».

Le Sahara occidental est un problème international depuis plus de 40 ans. Dans les années 70, le Front Polisario, qui œuvre en faveur de l’indépendance du Sahara occidental, a proclamé l’indépendance de ce territoire. Malgré les multiples intercessions de la communauté internationale, le conflit n’a toujours pas trouvé de solution. Le Maroc considère la région comme une partie intégrante de son territoire et n’envisage de lui accorder qu’une large autonomie dans la composition du royaume. Depuis juin 2007, le Maroc et le Front Polisario ont tenu quatre volets de négociations qui n’ont pourtant donné aucun résultat.

 

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW