La série de sessions criminelles spéciales en cours n’aidera pas à l’éradication de la pratique des crimes rituels. On présage que de nombreuses affaires, ici évoquées, ne seront pas rouvertes parce qu’elles concernent quelques personnalités politiques. La méthode Ouwé ne serait alors qu’un pétard mouillé. 

Tribunal session criminelle

L’annonce de Sidonie-Flore Ouwé, procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville, le 24 avril dernier, a réjoui un grand nombre de Gabonais. La dame a en effet annoncé les mesures sécuritaires qui devraient permettre de stopper la criminalité dans le pays. Dans la foulée et comme pour donner une suite à son annonce, les sessions criminelles spéciales annoncées par le président de la République lors du Conseil de ministres du 3 mai dernier, se sont ouvertes le 7 mai au tribunal de première instance de Libreville.

Dès la première journée de ces sessions criminelles, un élu était cité par Pambou Moussounda Aristide, accusé d’assassinat avec préméditation sur une fille de 12 ans. L’homme qui a écopé de la prison à perpétuité, a indiqué que son homicide avait été instigué par le sénateur du département du Komo Kango, Gabriel Eyéghé Ekomie. Ouvrez le ban !

Dès le 8 mai, le journal La Nouvelle République a mentionné : «Sidonie-Flore Ouwé n’oubliait certainement pas qu’elle parlait de s’attaquer à des personnalités qui gravitent autour du pouvoir (…) Madame le procureur a-t-elle réfléchit un seul instant aux femmes et hommes qu’elle trouvera sur son chemin ?» Le bimensuel s’indignait également de ce que de nombreuses enquêtes finissent dans l’impasse dès qu’une personnalité politique est concernée. Il suffit en effet que, du haut de son statut politique, le commanditaire du crime invoque la fourniture de preuves, au demeurant impossible à fournir dans un contrat verbal, pour que l’affaire s’enlise. Alain Claude Bilié Bi Nzé, porte-parole de la présidence de la République gabonaise, a d’ailleurs évoqué la question de la preuve, le 11 mai, alors qu’il était interrogé sur la plausibilité d’entendre et d’écrouer également les hautes personnalités politiques commanditaires de crimes rituels.

Quelques affaires oubliées, faute de «preuves»…

Ceci n’est pas sans rappeler le procès récent de deux journalistes traduits en justice par le vice-président de l’Assemblée nationale, Daniel Ona Ondo, pour avoir publié des articles portant sur la mort d’Ondzingui Assoume, son adversaire à une élection législative. Le tribunal a estimé que le procès-verbal d’huissier ayant servi de base à la rédaction des articles incriminés n’était pas une preuve. Les présumés assassins d’Ondzingui Assoume étaient passé aux aveux ainsi que l’indique la déposition devant un huissier de justice de la veuve Ondzingui. L’affaire est toujours pendante devant les juridictions d’Oyem et l’un des présumés assassins, Essono Medzegué, est détenu à la prison de cette ville. Mais elle semble s’être enlisée et pourrait ne pas figurer dans la session criminelle spéciale en cours dans cette ville.

On se souvient également qu’en mai 2011, le gardien de Maxime Ngozo Issoundou, ancien ministre du Travail, de l’Emploi et de la Prévoyance sociale, avait été «enlevé» et n’a plus jamais été retrouvé. La police avait mis aux arrêts le petit frère du ministre et celui-ci avait même commis un avocat en vue d’examiner le cas. On n’en a plus jamais parlé. Que vaut d’ailleurs la vie d’un gardien ?

On pense également à la ville de Booué où le jeune Ferdinand Kangoué avait été tué, délesté ses organes reproductifs et de son cœur avant d’être placé sur le chemin de fer en vue de simuler un écrasement par le train. Des membres du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) avaient été interpellés par la gendarmerie en janvier 2011. Notamment Iloubou Boussengui, un responsable de cette formation politique dans la localité, et Madeleine Benga, infirmière et simple militante. Au terme d’un micmac judiciaire, Rigobert Ikambouayat Ndeka, actuel directeur général de l’Office des ports et rades du Gabon (OPRAG) et ancien ministre délégué à la Communication, vers lequel pointait un faisceau de présomptions, fut entendu au tribunal de Makokou. Les conclusions de l’affaire semblent être parties en fumée.

De même, l’ancien ministre gabonais de la Justice et dernier ministre de l’Économie forestière d’Omar Bongo, Martin Mabala, devait être entendu, il y a quelques mois au tribunal de Lambaréné, ainsi que l’avait indiqué Gabonpage. Il est ici question d’un crime rituel qui avait défrayé la chronique il y a plus cinq ans et qui concernait quatre personnes, dont un nourrisson, tuées avant d’être brûlées dans un campement sur l’axe Lambaréné-Fougamou. L’exécuteur du crime, décédé entre temps, a laissé auprès du juge une déposition enregistrée sur une bande magnétique dans laquelle il raconte avec moult détails l’exécution de sa sale besogne, pour une promesse de 3 millions de francs CFA dont il n’aurait reçu que 30 000 francs en guise d’acompte. L’affaire s’est également envasée dans l’Ogooué.

On n’oubliera pas, alors qu’il était ministre de la Justice, Garde des Sceaux, que le même Martin Mabala avait demandé au parlement, en 2007, la levée de l’immunité parlementaire de Joseph Mboumba, alors député du 2e siège du département de Ndoungou (Gamba) dans la province de l’Ogooué-Maritime. L’élu était alors soupçonné d’un double meurtre présumé dans sa circonscription électorale lors des législatives de décembre 2006. S’adressant à la représentation nationale, Martin Mabala écrivait alors : « en raison de l’implication de l’honorable député dans cette affaire (…) j’ai l’honneur de solliciter la levée de l’immunité parlementaire (…) afin de permettre au juge de l’entendre».  Ne voulant pas créer un précédent, qui se révèlerait fatal dans l’avenir pour d’autres députés, l’Assemblée nationale, fort de nombreux arguments et subterfuges juridiques, avait réussi à soustraire l’élu de la justice en s’opposant à la levée, demandée, de l’immunité parlementaire.

L’organisation de sessions criminelles spéciales à travers le pays va certainement occulter ces affaires dont la prescription n’est pourtant pas arrivée à péremption. Ou alors, s’arc-boutant sur la fourniture de la preuve, de nombreux commanditaires présumés d’assassinats ne seront nullement inquiétés. Pourtant, ailleurs dans le monde, des Nazis ont été condamnés sur la base de témoignages verbaux et, plus près de nous, la confirmation des charges contre Jean-Pierre Bemba à la Cour pénale internationale (CPI) s’est faite sur la base de témoignages. Au Gabon, les témoignages, ainsi qu’on l’a vu dans l’affaire Ona Ondo, n’ont aucune valeur juridique.

Un système judiciaire malade

Mais le vrai problème avec cette série de sessions criminelles spéciales et même avec les mesures prises par Mme Ouwé, consistant en la mise en place d’une unité d’enquête spécialisée en matière d’homicide volontaire avec un effectif de 27 agents et officiers de police judiciaire, est que le système judiciaire gabonais est malade. Depuis des années, on n’a pas cessé de dénoncer des procès inéquitables, une police judiciaire truffée de ripoux, des magistrats âpres au gain et même une garde pénitentiaire passoire. Les autorités gabonaises gagneraient donc d’abord à toiletter, réformer de fond en comble la machine judiciaire gabonaise, l’épurer de ses nombreux dysfonctionnements. Ce n’est qu’à ce prix que la méthode Ouwé pourra fonctionner.

Les sessions criminelles spéciales se poursuivent du 14 au 31 mai à Oyem et 21 au 31 mai à Lambaréné. Hormis le sénateur du Komo Kango, aucun autre commanditaire de crime n’a été indexé ou cité. Que se passe-t-il donc quand on sait qu’au nombre des dossiers présentés aux magistrats, Libreville compte 50 affaires dont 17 crimes de sang soit, 34% ; Oyem 36 affaires dont 19 crimes de sang, soit 52% et à Lambaréné on enregistre 20 affaires dont 4 crimes de sang, soit 20%. Il y a pourtant bien des personnes qui commanditent ces crimes. Où donc sont-elles passées ?

 
 

11 Commentaires

  1. Rank dit :

    C’est vrai qu’on n’entend rien concernant la levée de l’immunité parlementaire du sénateur Gabriel Ekomi Eyeghe, afin qu’il soit entendu. Le Sénat risque de faire comme l’Assemblée nationale en 2007 avec le député Joseph Mboumba. Parce que, avec le gouvernement, ces institutions sont des repaires de mangeurs d’organes humains et livrer un seul, serait ouvrir la voie à une belle série. C’est pourquoi, la fourniture de la preuve a été érigée en argument imparable. Bilié Bi Nzé est lui-même soupçonné dans sa province, l’Ogooué-Ivindo, championne toutes catégories de la chasse à l’homme.

    L’article soulève des problèmes fondamentaux. Suffit-il donc que le tueur ne puisse donner la preuve de sa complicité avec le commanditaire (verbal comme dit l’article) pour que celui-ci soit lavé de tout soupçon ? Trop facile. Avec un tel argument aucun commanditaire ne payera, encore moins les Ngangas qu’il va falloir également traquer.

    Du aucune des affaires listées dans cet article n’est rouverte avec ces sessions, il faudra comprendre qu’encore une fois, on se sera moqué des gabonais et que toute cette parodie n’aura été qu’une réponse à la France dont l’un des fils à été récemment tué à la cité de la démocratie et dont l’une des TV a produit un honteux documentaire sur le Gabon des crimes rituels. Merci à vous Gabonreview.

  2. abepou dit :

    Il faut créer une prison et y mettre quelques personnalités. Au gabon il faudrait que la peur du gendarme revienne. Ce n’est qu’a ce prix que l’ordre reviendra au gabon!

  3. syl dit :

    Quel honte sur ces crimes rituels…. pourquoi ne sacrifient ils pas leur propre enfants… surement que leur fétiche aura plus d’impact… quels idiots ils sont !!! croire à des gangas qui eux mêmes s’ils pouvaient devenir puissants par ces pratiques n’hésiteront pas…. alors qu’ils vivent tjrs dans leur cabane… pitié pour les profanes… et sorciers… malheur à eux !!!

  4. Herve dit :

    Que la justice soit faite a tous les niveaux. Meme si on est une personnalite, il faut les choses soient claires. Que les gens soient sanctionnees selon la gravite des actes qu’ils posent. La fourniture des preuves n’est qu’un moyen pour se tirer d’affaire: si deja il y a des temoignages meme de la part des personnes qui ont pose les actes d’assassinat, cela suffit de foutre les commanditaires au gnouf.Point barre! C’est dommage lorsque le porte-parole de la Presidence s’attarde la dessus, vraiment dommage. La justice gabonaise va tres mal.

  5. Pirate 241 dit :

    Ben, oui, les les sessions criminelles se poursuivent et plus aucun ponte n’est cité, comme si les assassins avaient reçu des promesses d’élargissement en cas de mutisme.
    Le témoignage verbal doit donner lieu à une confrontation entre le dénonciateur et le dénoncé. Mais, cela est évité dans les tribunaux du Gabon. C’est ainsi que Ikambouayat Ndeka avait été entendu au tribunal de Makokou, sans confrontation avec ceux qui l’avait cité et il s’en est tiré. Ceci pose le vrai problème de la justice gabonaise : la corruption des juges. Tous les juges affectés à ces sessions criminelles ont trouvé une belle opportunité pour renflouer leurs poches et on veut parler de justice ? Arrêtez la comédie .

  6. mbandong anathole dit :

    Mme OUWE en fait trop et n’importe comment. Elle use et abuse de ses prérogatives pour brutaliser les paisibles citoyens, elle vient “exploite” honteusement sa confortable situation pour mettre la force publique au service de ses parents. Comme quoi, le Gabon ne va pas changer et c’est bien dommage. Mais pour elle quoi! En Tunisie, c’est une policière qui a fait partir Ben Ali. Au Gabon, la chute d’Ali Bongo Ondimba viendra des gens comme les OUWE. Lesquels refusent de se mettre au niveau de la République. Et dire que nous sommes sous l’Emergence. Pitié vraiment pour le pôvre Ali dont l’entourage trompe à chaque seconde. Que Dieu protège le Gabon!

  7. JUSTICE A DEUX VITESSES ? dit :

    Où en sommes avec le suspect sénateur de Kango, le commanditaire de l’assassinat de la pauvre fille de 12 ans?

    Pour quoi Ona Ondo, l’homme qui a tué son propre frère pour un porc-épic n’est pas inquiété? Il est même accusé dans le meurtre d’un concurrent à la dépuation. Pourquoi OUWE n’instruit -elle pas ces affaires?

    Pourquoi IKAMOUYAT NDEKAT court-il toujours avec tant de crimes sur la conscience ?

    Une justice à deux vitesses?

  8. John pim dit :

    Ne soyez pas passionnés chers compatriotes.Il s’agit quand même de mettre des individus en prison. Croyez vous sincèrement qu’il suffit que votre nom soit cité pour qu’on vous mette en prison pour crime? Soyez sérieux, il suffirait donc qu’un criminel cite le nom d’une personnalité pour que cette dernière se retrouve en prison. C’est contraire à l’article 16 de notre code de procédure civile qui dispose qu’il appartient à celui qui allègue un fait de le prouver. La loi est dure mais c’est la loi. Je ne dis pas que ces personnalités sont forcément innocentes, ce que je dis c’est qu’il faut appliquer la loi. Si les criminels ne peuvent pas établir un lien coupable avec leur commanditaire, il drevront donc payer seul.
    par contre si on laisse c’est criminels citer les noms qu’ils veulent citer sans preuve, c’est la moitié du gabon qui se retrouverait en prison y compris vous même parce que c’est persaonnes sont prêts à tout pour se dédouaner. Ils pensent qu’en citant le nom d’un prétendu commanditaire ils seront dédouanés. C’est trop facile les gars ressaisissez vous au lieu de crier sur la pauvre Procureur qui essaie de faire correctement son travail avec le peu de moyens dont elle dispose.

    • Rank dit :

      Le problème est qu’il est difficile à un assassin de prouver qu’il a agit à la commande de tel ou tel. Leur contrat est souvent verbal et passé sous le sceau du secret. 

      Les lois peuvent être imparfaites. C’est pourquoi on les amende. Doit-on donc comprendre qu’au Gabon, les commanditaires de ces crimes, ne seront jamais punis? Comment donc prouver ces commandes odieuses ?C’est trop facile pour les commanditaires. Il faut donc que toute personne citée comme commanditaire soit convoquée pour confrontation. La vérité peut en jaillir. On le fait ailleurs dans le monde. 

      On ne va quand même pas conclure que ces tueurs citent des gens juste pour tenter de s’en tirer. C’est trop facile. Et si les commanditaires s’en tire aussi facilement, ces sessions criminelles spéciales n’auront donc servi rien. Elles n’autont servi qu’à les conforter dans l’impunité et plus jamais ça ne s’arrêtera. 

      Et comme dit l’article, plus aucun autre commanditaire de crime n’a été indexé ou cité. Que se passe-t-il ? 

  9. Citoyen libre dit :

    Si ces criminels etaint inteligents ils constitueraient des elements depreuves contre les donneurs d’odres.
    Mais la part du gain etant trop fort ils ne pensent pas à se mettre à l’abris et finissent pas payer seuls les crimes.

  10. Grav'diza dit :

    Oui c’est juste “l’effet” de l’émission de canal+ “effet papillons: Organes du pouvoir”…Je suis d’accord avec la majorité, une convocation des personnes citées doit se faire et pourquoi pas même une confrontation…Là on ne parle pas de détournement de fond etc.. ce sont des crimes quand même !!!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW