La Société d’exploitation du transgabonais (Setrag) s’est dotée, le week-end écoulé, d’un système de régulation ferroviaire pour la surveillance en temps réel et la fiabilité des voies de communication.

L’intérieur de la centrale de gestion de la circulation ferroviaire. © D.R.

 

Le ministre du Transport, Justin Ndoundangoye, a inauguré, le 25 mai 2019, la première centrale de gestion de la circulation ferroviaire de la Société d’exploitation du transgabonais (Setrag). Un système de performance qui prévient les collisions en avisant les contrôleurs lorsque la distance entre les trains devient critique et en informant le conducteur du train du besoin de ralentir ou d’arrêter.

Selon le directeur général de la Setrag, Patrick Claes, il s’agit d’une «cabine de conduite de trains permettant de commander l’immobilisation d’un train à n’importe quel endroit du chemin de fer et d’informer l’équipage du mobile de cette action, grâce à un système performant d’intercommunication auquel toutes les gares sont connectées».

Satisfait de cette acquisition et de la détermination de la Setrag à juguler la recrudescence des incidents sur la voie ferrée, le ministre du Transport n’a pas caché l’ambition du gouvernement de favoriser l’amélioration de l’offre de transport aux passagers et aux opérateurs économiques. «Je tiens à vous assurer que le gouvernement est assez satisfait de cette innovation. Face à ce dispositif d’assistance 24h sur 24 pour les conducteurs, et dont les ordinateurs de bord pourront soit limiter la vitesse, soit stopper un train en cas de danger imminent, peu importe sa position. Vous comprenez donc qu’il sera désormais, je pense, plus facile de limiter les cas d’accidents dans ce secteur», a déclaré Justin Ndoundangoye.

La centrale de gestion de la circulation aide à prévenir les accidents causés par des erreurs pour certains imputables à des comportements humains irresponsables. Elle comporte des dispositifs de prévention des collisions ou de séparation des trains, permet l’imposition de vitesses limites de circulation sur les voies et l’imposition de limite de vitesse temporaire.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW