Kim Fejfer, l’Associé PDG de la société danoise spécialisée dans les fonds d’investissement a rencontré, mercredi à Libreville, le président gabonais à qui il a exprimé sa volonté d’accompagner le développement de son pays, notamment dans les secteurs des transports et de l’énergie.

Ali Bongo et Kim Fejfer, le 17 juillet 2019, à Libreville. © Capture d’écran/Gabon 1ère

 

Introduit au palais du Bord de mer, mercredi 17 juillet, par Gagan Gupta, le patron Afrique du Groupe Olam, Kim Fejfer s’est dit «très impressionné par le niveau de progrès en termes d’infrastructures au Gabon». L’Associé PDG d’A.P Moller Capital n’a d’ailleurs pas manqué d’exprimer à Ali Bongo sa volonté de prendre part à ce développement, particulièrement dans les domaines des transports et de l’énergie.

Aussi, a-t-il discuté avec le président de la République sur «d’éventuelles opportunités pour collaborer aux développements de ces infrastructures». Au cours de leurs échanges, Kim Fejfer et Ali Bongo ont notamment discuté sur des projets précis encore tenus secrets, mais dont on sait déjà qu’ils viseront «l’amélioration des infrastructures des transports et de l’énergie».

Si aucun accord avec l’État gabonais n’est officiellement annoncé, A.P Moller Capital, davantage connue pour son expertise dans le domaine des transports maritimes, n’apparaît pas moins comme un potentiel partenaire du Gabon en ma matière. La société danoise spécialisée dans les fonds d’investissement serait, par exemple, une opportunité pour la Compagnie nationale de navigation intérieure et internationale (CNNII), qui ne bénéficie plus de la subvention de l’État depuis 2017, et qui est à la recherche d’investisseurs extérieurs depuis lors.

 
 

2 Commentaires

  1. Tagomago dit :

    Mort de rire,
    Mis a part Gupta qui a bien arnaqué Ali en lui vendant des parts d’une société singapourienne dont les actions que possède Ali secrètement dans OLAM disparaitront avec la mort d’Ali (officielle) et qui deviendront les siennes..
    .
    Qui, je dit bien QUI veut venir investir au Gabon, pays en crise structurelle et politique qui confisque arbitrairement les sociétés étrangères (Veolia), et dont l’économie est toujours en chute libre… (voir les résultats des compagnie d’aviations qui montre bien l’attractivité du Gabon)
    .
    Temps de prendre une Regab bien tapée et de bien rigoler quand on nous parle d’investissement au Gabon.
    .
    En plus il nous parlent de la CNII avec le petit nain escroc Tchibinda qui bouffe toutes les marges avec son pote l’ancien DG Brice Lacruche maintenant DC du type, truc machin prés, enfin s’il est en vie, mais au moins légume frais à cuire…
    .
    C’est pas possible, c’est tout ce que la république peut trouver ? N’y a t il pas de frères qui on fait de vrais études qui puissent prendre les reines ???????
    .
    Si si, mais ils sont tous dans l’opposition…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW